Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 février 2015 2 24 /02 /février /2015 12:39

..... ET NOUVELLE DÉFAITE POUR LA SANTÉ PUBLIQUE

Le ministère de la santé vient de communiquer les fruits de sa réflexion quand à l’application de scores nutritionnels sur les aliments. Ces scores nutritionnels, particulièrement lisibles seront facultatifs, une victoire pour les industriels de l’agroalimentaire français et un nouvel échec pour la prévention sanitaire en France. Les consommateurs ne seront toujours pas capables d’éliminer facilement les produits les plus délétères pour leur santé et la santé de leurs enfants.

C’est le rapport du Pr Serge Hercberg qui avait lancé cette initiative dans notre pays, un rapport commandé par le ministère de la santé le 12 juillet 2013, afin de faire des propositions concrètes destinées à donner un nouvel élan au Programme National Nutrition Santé et au Plan Obésité et de renforcer la « stratégie nationale de santé publique». Une de ces propositions était de « Mettre en place un système d’information nutritionnelle unique sur la face avant des emballages des aliments : l’échelle de qualité nutritionnelle du PNNS », une signalétique sous forme de vignette aidant le consommateur à mieux cerner les produits qu’il achète.

Ces vignettes existent en Angleterre et dans d’autres pays et ont fait a preuve de leur efficacité pour le consommateur. Il est vrai que la lutte contre l’obésité, en particulier contre l’obésité infantile est plus active outre-manche, car moins entravée par les lobbys de l’agro-alimentaire. Ces scores nutritionnels se présentent sous forme des vignettes vertes, oranges ou rouges, qui auraient été apposées sur les aliments afin d’informer le consommateur de la teneur en calories, en glucides, lipides (notamment graisses saturées), protéines, fibres et sel, etc..Si la quantité présente dans l’aliment était dans la normale, la vignette était verte, moyennement élevée orange, ou très élevée, rouge. L’industrie alimentaire française s’est élevée contre cette proposition et a tout fait pour la saborder.

Pour voir la suite, cliquez sur:

Partager cet article

Repost 0
Published by Jacques Lacaze - dans Santé
commenter cet article

commentaires

Éric G. Delfosse 10/03/2015 14:10

Bonjour.
Personnellement, je ne fais pas partie de l'industrie (que j''essaie, avec mes faibles moyens, de combattre comme je le peux), mais j'avoue que je n'étais pas non plus "pour" ce genre d'étiquettes.
Principalement pour deux raisons qui me sont propres (je n'oblige personne à partager ma manière de voir les choses).
D'abord parce que je trouve qu'il est difficile de bien classer un produit (exemples peut-être un peu tiré par les cheveux, mais en l'absence d'informations concrètes sur la manière réelle dont la classification se ferait, je suis obligé d'improviser : un bout de beurre et une huile d'olive = si l'on se base sur la proportion de matières grasses et sur les calories, le beurre devrait être meilleur pour la santé que l'huile d'olive, alors que ce n'est pas spécialement le cas).
Et ensuite parce que je trouve qu'il vaudrait mieux éduquer le consommateur plutôt que de - encore une fois - réfléchir à sa place et lui dire comment il doit penser à coup de codes de couleurs. Évidemment, ça supposerait des cours appropriés, aussi bien dans les écoles pour les plus jeunes, que dans des associations diverses pour tenir les adultes au courant des dernières découvertes en matière de nutrition... Pas dans la poche !!! Mais le jeu en vaudrait la chandelle si nous étions tous plus ou moins "nutritionnistes", non, plutôt que de nous transformer en moutons ?
Bonne journée...

Jacques Lacaze 10/03/2015 14:18

Je partage votre avis. Et c'est un vrai problème de société. Quand on regarde l'émission télé consacrée à un produit pour conserver les pommes une douzaine de mois, il y a quand avoir quelques inquiétudes.