Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 février 2016 5 12 /02 /février /2016 16:36

    Je vais déplaire encore une fois et des lecteurs vont m'abandonner, mais on ne transige pas avec la vérité historique, surtout dans cette période absolument ubuesque ou les meilleurs pitres totalement irresponsables sont  au gouvernement. Comme chacun sait, les prestations de ceux qui sont là pour nous distraire, les clowns, sont tristes, très tristes par delà les apparences …

     Donc voici une très brève histoire et peu enthousiasmante des socialistes français:

 

ANTI-DREYFUSARDS,  VA-T-EN-GUERRE,

PETAINISTES,  COLONIALISTES:

LES  SOCIALISTES  SONT  RESTES  FIDELES

A LEUR   HISTOIRE

Par Shlomo Sand, historien israélien, qui a écrit sur Georges Sorel, sur le cinéma et sur l’histoire d’Israël. Son livre "Comment le peuple juif fut inventé" (2008) avait connu un grand retentissement et suscité une vive polémique.
Auteur en 2015 du "Crépuscule de l'histoire (http://tempsreel.nouvelobs.com/tag/histoire)" (Flammarion, traduit de l'hébreu par Michel Bilis), il publie en mars "la Fin de l’intellectuel français" (La Découverte). 

L’attitude actuelle des socialistes, à la tête de l’Etat, du gouvernement et du parti, vis-à-vis des principes républicains, de l’immigration, et de l’«autre» pas tout à fait français, a de quoi susciter l’étonnement. La gauche politique n’est-elle pas porteuse de valeurs humanistes ? Des dirigeants comme François Hollande et Manuel Valls ne trahissent-ils pas une longue tradition de combats en faveur de la justice et des droits humains ?
En Europe, le socialisme parlementaire a, certes, constitué un groupe de pression efficace en faveur des classes laborieuses, tout au long du XXème siècle. En période de stabilité et de prospérité économique, il a obtenu des acquis non négligeables en faveur de son électorat: au pouvoir ou dans l’opposition il a notablement contribué à la formation de l’Etat-providence moderne.
Cependant, lors des graves crises politiques et morales, il a failli à se situer du côté de la justice universelle, et de la solidarité humaine. Ceci a pu se vérifier à l’occasion de quatre crises décisives, dans l’histoire politique de la France: l’Affaire Dreyfus, la première guerre mondiale, l’accession de Pétain au pouvoir, et la guerre d’Algérie.
Le camp socialiste face à l'Affaire Dreyfus Lorsqu’Emile Zola a publié son «J’accuse», au début de 1898, le monde politique s’est scindé entre les partisans de la révision du procès de Dreyfus, et leurs opposants conservateurs issus de toutes les nuances de l’arc politique.
Ce n’était nullement un clivage entre une gauche socialiste et une droite bourgeoise.
En cette même année, dès le 19 janvier, le groupe socialiste à la Chambre des Députés, avait formulé une importante déclaration de principes, rejetant toute intervention dans l’Affaire, au motif qu’il s’agissait de l’affrontement de deux fractions de la bourgeoisie, entre, d’un côté, la bourgeoisie catholique et réactionnaire, tandis que: De l’autre côté, les capitalistes juifs, après tous les scandales qui les ont discrédités, ont besoin, pour garder leur part de butin, de se réhabiliter un peu.

.................................................

 

Pour lire la suite:
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jacques Lacaze
commenter cet article

commentaires

sahb 12/02/2016 17:54

socialisme rouge (le vrai) contre socialisme jaune pisseux !
rappelons que Lénine dans "le gauchisme maladie infantile du communisme" range les sociaux-démocrates (les "possibilistes") parmi les gauchistes ! Tous des faux-c… financés par le capital pour nous faire prendre des vessies pour des lanternes ou l'état d’urgence pour un progrès civilisationnel !!!

sahb 12/02/2016 22:36

le passé (et ses penseurs) sont indispensables pour comprendre le présent et les stratégies des puissants ne changent pas vraiment !

Jacques Lacaze 12/02/2016 18:03

Je me pose toujours la question: est il utile de citer Lénine, ou Marx, ou Mao pour constater une réalité politique et historique? La simple réalité me suffit pour ma part. Mais bien c'est mon point de vue et ... je le partage. Chacun est libre d'avoir le sien.

yveline DUBUS 12/02/2016 17:51

Et bien moi je reste ! il est certain que les socialistes sont les dignes héritiers de la SFIO dont l'histoire entière est cousue du même fil que la casaque des vals-hollande... et c'était bien flagrant dans les discours déjà lamentables de leur campagne de 2012; Alors, comme le "votecontre" n'existe pas, il était déjà évident que voter "socialiste" c'était signer un chèque en blanc à l'inconsistance politique : mais on a le gouvernement qu'on mérite !

Réveillez-vous !