Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 septembre 2009 1 21 /09 /septembre /2009 10:01
19)  http://www.syndicat-infirmier.com/Vaccin-H1N1-Resultats-de-la.html

 

 Des avis très différents d’un expert à l’autre, pas d’unanimité scientifique :

       -    Pour le Pr Delfraissy qui s’exprime dans Libération le 28/08/09, « il n’y a pas pour l’instant de mutation caractérisée    

         http://www.liberation.fr/societe/1201173-grippe-a-tout-ce-que-vous-voulez-savoir-sur-le-vaccin

Pour le Pr Didier Raoult qui s’exprime dans le journal Le Monde du 15/09/09 :

« Je rentre tout juste d'un congrès international sur la grippe aux Etats-Unis. Les travaux présentés ont mis en évidence que deux Américains décédés de la grippe A étaient porteurs d'une mutation. Cette mutation n'explique peut-être pas tous les morts sans antécédents médicaux, mais il faut prendre cette éventualité en compte. »

http://www.lemonde.fr/archives/article/2009/09/15/deux-approches-d-experts-face-a-la-grippe-a_1240688_0.html

Pour le Pr Patrick Berche, qui s’exprime dans le Monde du 15/09/09 également :

« Des morts sans antécédents médicaux, nous en recensons tous les ans au cours de l'épidémie de grippe saisonnière, mais j'admets qu'il y en a peut-être un petit peu plus avec la grippe A. Cela dit, nous n'avons pas d'argument pour affirmer que la situation s'aggrave. Actuellement, la mortalité liée au H1N1 reste inférieure à celle de la grippe saisonnière. »

 

http://www.mypharma-editions.com/grippe-h1n1-le-vaccin-de-gsk-efficace-des-la-premiere-dose

               http://www.gsk.com/media/pressreleases/2009/2009_pressrelease_10087.htm

 

Déclarations du Dr Sauveur Boukris, auteur du livre « Ces médicaments qui nous rendent malades », relayées dans le Vif l’Express du 11 au 17/09/09 :

On apprend, au sujet de l’agence européenne du médicament (EMEA) que : « Les documents publiés, les Epar (European Public Assessment Reports), ne font jamais état des divergences d’opinions entre les experts. Par conséquent, si une minorité est en désaccord avec la décision prise, les professionnels de la santé et les patients n’en savent rien ! Autre remarque : les décisions concernant les effets indésirables des médicaments, le retrait du marché, les interactions médicamenteuses sont émises sans justification et sans que les médecins ou les patients puissent avoir  accès au moindre document ![…] Par ailleurs, les agences du médicament qu’elles soient nationales ou européenne, dépendent financièrement des firmes pharmaceutiques ; ce sont les industriels du médicament qui versent des redevances lors des demandes de mise sur le marché. Ces redevances représentent plus de 70% du budget de ces agences. » Même Thomas Lönngren directeur de l’EMA s’est prononcé « pour l’instauration d’une plus grande transparence, tant dans le fonctionnement que dans les prises de décision et la diffusion des informations issues de l’agence comme l’explique le Pr Maloteaux.

“Le budget de l’Agence Européene du Médicament (EMEA) pour 2007 révèle qu’environ deux tiers de ses revenus soit 105 870 000 euros proviennent des honoraires collectés auprès des compagnies pharmaceutiques pour « service  rendu » en termes d’évaluation des médicaments tandis que la Communauté Européenne contribue pour à peine un tiers au budget total de 154 538 000 euros. »

http://www.emea.europa.eu/pdfs/general/manage/Bdgt2007.pdf

Cela signifie donc que tout est loin d’être parfaitement limpide à l’heure actuelle au niveau de cette agence !

Par ailleurs,  nous tenons également à souligner le fait que  l’EMEA a communiqué avec plusieurs mois de retard (en janvier 2008) le décès de deux jeunes filles survenus en Allemagne et en Autriche lors de l’été et de l’automne 2007 peu après avoir reçu le vaccin Gardasil. Un tel retard constitue, à tout le moins, un manque de réactivité préoccupant …

De plus, autre fait préoccupant, on apprenait au cours de l’émission « Le vaccin, un geste anodin ? » du réalisateur allemand Valentin Thurn, diffusée fin 2007 sur Arte que, selon le Dr Klaus Hartmann, ancien collaborateur de l’Institut Paul Ehrlich, l’EMEA aurait avancé comme « prétexte » au retrait du vaccin Hexavac le fait qu’il n’induisait pas un taux suffisant d’anticorps contre la valence hépatite B alors qu’en réalité, ce vaccin était hautement soupçonné de causer des œdèmes cérébraux mortels du nourrisson. L’EMEA a invoqué cela une semaine à peine avant que ne débute une enquête qui allait justement investiguer ces décès suspects de nourrissons ce qui aurait permis au fabricant de retirer son produit du marché sans fracas…

 (23)  http://us.gsk.com/products/assets/us_fluarix.pdf

(24)  http://www.gsk.fr/gsk/mediasgp/2008/mai_Prepandrix230508.pdf

(25) Eléments fondamentaux sur la toxicité du squalène, extraits du livre « The Vaccine. A, The covert government experiment that’s killing our soldiers and why GI’s are only the first victims » de Gary Matsumoto :

C’est dès 1987 que les scientifiques de l’armée ont ajouté du squalène dans les prototypes du nouveau vaccin contre l’anthrax. […] Quand Michael Whitehouse de l’UCLA Medical School  et Frances Beck ont, avec d’autres produits, injecté du squalène à des rats et cobayes dans les années 1970, peu de produits huileux étaient plus efficaces pour provoquer les versions animales de l’arthrite et de la sclérose en plaques. (Ch. 11, -85). A la fin des années 1990 , l’Institut Karolinska de Suède a démontré que l’injection de squalène en elle-même était susceptible de provoquer l’arthrite (Ch. 11, 86). L’Académie des Sciences de Pologne a démontré que le squalène  à lui seul était susceptible de provoquer de graves dégâts neurologiques. (Ch.11, 87) […]Les anticorps anti-squalène retrouvés dans les malades du personnel militaire Américain et Britannique apportent la preuve que les expériences militaires peuvent avoir causé plus de victimes avec le nouveau vaccin contre l’anthrax que n’en ont fait les armes à base d’anthrax depuis qu’elles furent pour la première fois utilisées par l’armée japonaise dans les années 1940. […] Les  soldats chez lesquels on détecta des anti-corps positifs présentaient des symptômes qui correspondaient à la définition de l’Air Force pour le Syndrome de la guerre du golfe- fatigue, éruptions, pertes de mémoire, maux de tête, douleurs dans les articulations, vertiges…Pour de nombreux autres ce fut le diagnostic de lupus, de sclérose en plaques et d’arthrite rhumatoïde – autant de maladies provoquées chez les animaux par l’injection de squalène. Toutes sortes de maladies reprises sur la liste de BIOPORT sur sa nouvelle notice après que la FDA eut révélé qu’elle avait trouvé du squalène dans le vaccin contre l’anthrax.

 

Le 15 mars 2002, j’ai enregistré les Faits (présentés sous forme de questions réponses) que le Pentagone publiait sur le squalène sur le site du Sécrétariat de la Défense  (Ch.12, 40)

 

Voici ce que le staff du SECDEF disait :

 

    3. Est-ce que le vaccin contre l’anthrax contient  du squalène ?

 

       Oui.

 

 

Le Secrétaire à la Défense en gros ne s’entendait pas avec le Lt General Roadman.

Tous les deux cependant marquèrent leur accord pour reconnaître qu’il n’y avait pas de danger à injecter du squalène. Mais l’information toxicologique de la firme Aldrich Chemical Company , une des compagnies qui vend le squalène a dû les mettre face à de grosses difficultés :

 

 

_______________ INFORMATION TOXICOLOGIQUE__________________

 

 

Peut être nocif par inhalation, ingestion ou absorption par la peau.

 

Les vapeurs ou  brouillard sont irritants pour les yeux, les membranes muqueuses et la partie supérieure de l’appareil respiratoire.

 

Provoque l’irritation de la peau.

 

Au meilleur de notre connaissance, les propriété chimiques, physiques et toxicologiques n’ont pas encore été complètement étudiées.  ( Ch.12 ,41)

 

 

Il existe maintenant des documents dans plus de 24 journaux scientifiques (peer-reviewed) – de dix laboratoires différents aux  Etats-Unis, en Europe, en Asie et en Australie – documentant le fait que les adjuvants à base de  squalène peuvent induire des maladies autoimmunes chez l’animal. Les scientifiques ont fait ces observations sur des souris, des rats, des cobayes et des lapins. L’Institut Karolinska a démontré que la squalène à lui seul pouvait provoquer la version animale de l’arthrite rhumatoïde. L’Académie des Sciences de Pologne a montré que, chez les animaux, le squalène pouvait provoquer des dégâts importants au système nerveux et au cerveau. L’Université  Florida Medical School a démontré que le squalène pouvait induire la production d’anticorps spécifiquement associés au lupus érythémateux. Tout ce que ces laboratoires possèdent en commun, outre les preuves que le squalène puisse

provoquer des maladies handicapantes et incurables chez les animaux se résume en ces mots : aucun de ces laboratoires ne vend quoi que ce soit. Plus encore, aucun de ces laboratoires ne vend du squalene pour vaccins.

 

« Quand on injecte ces molécules, on crée le chaos dans le système immunitaire. »  Lorentzen

 

 

(26) “There is no squalene adjuvant in any US-licensed vaccine”

 

http://www.fda.gov/ohrms/dockets/dockets/80n0208/80n-0208-c000037-15-01-vol151.pdf

 

(27) http://www.lalibre.be/societe/sciences-sante/article/528792/le-vaccin-anti-h1n1-de-gsk-lui-aussi-efficace-des-la-premiere-dose.html

 

(28)  http://www.whale.to/vaccines/baratosy.html

 

(29) http://www.rtlinfo.be/info/magazine/sciences_et_sante/262262/vaccin-contre-la-grippe-a-gagnez-250%E2%82%AC-en-etant-cobaye-humain

 

(30)  http://www.lesoir.be/actualite/sciences_sante/2009-09-03/grippe-h1n1-reponses-daniel-reynders-725881.shtml

 

(31) http://www.syndicat-infirmier.com/Vaccination-H1N1-mefiance-des.html

    

http://www.who.int/csr/disease/swineflu/frequently_asked_questions/vaccine_preparedness/fr/index.html

 

(32) http://209.85.229.132/search?q=cache:1j6W4860AeAJ:www.tv5.org/cms/chaine-francophone/info/p-1911.htm%3F%26rub%3D15%26xml%3Dnewsmlmmd.ad4faf0e436c402dde2077bb7e1ccddd.3b1.xml+margaret+chan+guillain+barr%C3%A9&cd=4&hl=fr&ct=clnk&gl=be

 

(33) http://www.lemonde.fr/planete/article/2009/08/20/grippe-a-l-innocuite-du-vaccin-en-question_1230376_3244.html

 

(34) http://www.dailymail.co.uk/news/article-1206807/Swine-flu-jab-link-killer-nerve-disease-Leaked-letter-reveals-concern-neurologists-25-deaths-America.html

 

(35) http://www.7sur7.be/7s7/fr/1518/Sante/article/detail/822465/2009/04/17/Les-vaccins-accessibles-aux-patients-souffrant-de-maladies-auto-immunes.dhtml

 

(36) Article traduit de l’allemand concernant les confidences d’un des « cobayes » :

 

Un munichois se plaint d’horribles effets secondaires - les chercheurs rejettent les accusations

Vaccination de grippe porcine : Un patient des essais cliniques déballe tout

1921.08.09|Munich|

Munich – une petite piqûre inoffensive – et de cette manière peut-être sauver des milliers de personnes. Voilà ce que se sont dit directement plusieurs centaines de volontaires qui participent actuellement, pour une indemnité de frais de 250 Euros, à l'étude faite par l’Université Ludwig-Maximilians (LMU) concernant la vaccination contre la grippe du porc.

L’un d’entre eux a tout arrêté : Le diplômé en commerce Axel Sch. (40 ans).

Il affirme : « Le vaccination m'a rendu malade – faire ce test, c’est être irresponsable. » A peine quelques heures après la vaccination du 10 août, la sueur a commencé à perler sur son front.

« Je me suis senti complètement à plat. Le troisième jour j’ai ressenti de la douleur aux reins et à la tête et j'ai eu de la fièvre. J’ai eu une quinte de toux, penché sur le lavabo et il est devenu rouge. C’était du sang ! »

Le Médecin munichois du LMU Frank von Sonnenburg , qui conduit l'étude au niveau fédéral, ne veut pas croire à cette description : « Il est impossible que de tels effets secondaires aient un lien avec la vaccination. » Il ne cache pas que comme lors d'autres vaccinations contre la grippe, des symptômes de type grippaux peuvent se manifester en tant qu’expression du système immunitaire. «Des douleurs, rougissements ou gonflements peuvent apparaître au point d’injection tout au plus. » Il est évident que beaucoup de testeurs auront des effets secondaires. « C’est justement pour les découvrir que nous faisons une telle étude. Si la situation des malades devenait vraiment préoccupante et que nous n’aurions rien expérimenté, tout le monde pousserait de hauts cris »

Le vaccin a-t-il été permis trop rapidement à l'étude ? Le fait est : Dans cette composition, il n'a pas encore été appliqué à des humains. La Ministre de la santé fédérale Ulla Schmidt a expliqué mercredi que, depuis le début elle s'est sentie mise sous pression par l'industrie pharmaceutique. La critique devient de plus en plus fréquemment bruyante : L'institut Paul-Ehrlich fait remarquer qu'il faut s’attendre ici plus vite à des effets secondaires que lors d'une vaccination de grippe normale. L'association professionnelle des pédiatres parle « d’une possible augmentation d’effets secondaires inconnus ».

Des chercheurs britanniques mettent même en garde contre la maladie du système nerveux appelée le syndrome de Guillain-Barré. Ils renvoient à une campagne de vaccination de 1976 aux USA concernant un virus de grippe de porc semblable au virus actuel, dont les conséquences furent la mort de 25 personnes.

Pour cette raison les USA n'expérimentent probablement par conséquent manifestement que des vaccins sans ce que l'on appelle des renforçateurs de réponse immunitaires (adjuvants). Ceux-ci conduisent à des effets secondaires plus fort explique Frank von Sonnenburg . « Les adjuvants  produisent plus d'anticorps, c'est pourquoi la réaction de défense du corps est également plus grande ». Il ne faut cependant pas s’attendre à des douleurs de rein et toux sanglantes comme avec le testeur Axel Sch. «Notre étude est clean».

Mais Axel Sch. Maintient que ses atteintes  proviennent du vaccin. « Ce n'est quand même pas un hasard s'ils sont apparus directement après ». Il critique l’Université pour le manque de mise en garde. Pendant trois jours il s’est retrouvé allongé avec de la fièvre. « Quand j’ai appelé la LMU, ceux-ci m'ont interrogé très sèchement en fonction de leur questionnaire, puis m’ont renvoyé à mon médecin de famille ». Il veut maintenant que les frais médicaux et la perte de revenu soit remboursés par la caisse maladie qui s’occupe de cette étude.

Déjà en tant qu'étudiant Axel Sch a. participé à des essais médicaux. Il a aussi participé à une étude concernant la vaccination contre la grippe réalisée par la LMU et tout s’était bien passé. « J’ai donc directement acquiescé, lorsqu’ils m’ont demandé si j’étais d’accord d’expérimenter ce nouveau vaccin ».

Maintenant sa confiance dans la recherche est toutefois au point qu’il interrompt l’expérience de vaccination. En octobre, le Munichois s’envolera pour raison professionnelle vers l’Amérique latine. Il s'était réjoui sur de pouvoir voyager sans souci – d’ici là, il aurait reçu deux des trois injections. « Je n’ais pas peur – je ne fais pas partie du groupe à risques. Et aussi grave que les effets secondaires ont été, la grippe porcine ne pourrait pas l’être ».

Nina Bautz

http://www.merkur-online.de/nachrichten/muenchen/schweinegrippe-impfung-testpatient-packt-meta-451084.html

 

 

(37)  http://www.scribd.com/doc/19638768/Vaccine-Trial-Paperwork

 

 

(38)  Explications du scientifique, Pr Boyd Haley, professeur de chimie et biochimie à l’Université du Kentucky au sujet de la toxicité du thimérosal :

 

« De très nombreux processus biochimiques sont inhibés à des niveaux nanomolaires extrêmement bas de Thimérosal, incluant la mort de cellules neuronales en culture, l’inhibition de l’enzyme qui synthétise la vitamine B12, l’inhibition de la phagocytose (= la première étape du système immunitaire inné, ou système immunitaire de première ligne), l’inhibition du facteur de croissance nerveuse à des degrés non cytotoxiques ainsi que des effets négatifs sur les cellules dendritiques du cerveau. Il est ressort aussi clairement de précédentes études que le Thimérosal ou, plus exactement l’éthylmercure qui compose le Thimérosal libère du mercure au niveau cérébral et ceci, à des taux plus élévés encore que le méthylmercure à quantité égale.  C’est important de savoir que l’éthylmercure comme le méthylmercure ne peuvent être détoxifiés qu’APRES être entrés à l’intérieur des cellules du système nerveux central. Cela signifie que les très toxiques ions Hg++ ont à pénétrer les cellules du cerveau pour qu’il puisse s’attacher au glutathion et que la détoxification puisse se faire. »

 

 B.E. Haley and T. Small/Medical Veritas 3 (2006) 1–14 “Interview with Dr. Boyd E. Haley: Biomarkers supporting mercury toxicity as the major exacerbator of neurological illness, recent evidence via the urinary porphyrin tests”.

 

 

La section de législation n’aperçoit pas le sens d’une constatation de la fin de l’épidémie ou de la pandémie de grippe, dès lors que la réglementation en projet n’y attache aucune conséquence formelle. Si les auteurs du texte entendent que l’habilitation au Roi expire dans cette circonstance, l’article 6, § 1er, doit en faire expressément mention.
 dans : Avis du conseil d'Etat, III. Examen du texte, dans l'article 2.

 

http://www.lachambre.be/FLWB/PDF/52/2156/52K2156001.pdf

 

 

(40) http://www.msss.gouv.qc.ca/sujets/santepub/vaccination/index.php?indemnisation

 

(41) courier d’un affilié envoyé à Ethias Assurance au sujet du vaccin anti-grippe A et réponse  reçue

 (en documents joints, après les annexes)

 

(42) http://www.spreadthetruth.fr/wordpress27/?p=2955

  

http://www.smh.com.au/national/swine-flu-vaccine-plan-in-disarray-20090827-f17x.html

 

 

(43) M. Sircus : Cry of the heart, 2003

 

(44) http://fr.wikipedia.org/wiki/Organisation_mondiale_de_la_sant%C3%A9

   http://apps.who.int/gb/f/f_pb2006.html

 

(45) Oxman AD et coll. “Use of evidence in WHO recommandations”, Lancet 2007: 369: 1883-1889

       + Commentaires dans la Revue indépendante Prescrire de Septembre 2007/ Tome 27 N°287, p 697-698

         sous le titre « OMS : faites ce que je dis, pas ce que je fais… »

 

 Dans son communiqué de presse en date du 11/06/09, Mme Margaret Chan, directrice de l’OMS disait justement : « Je me suis entretenue avec d’éminents spécialistes de la grippe, des virologistes et des responsables de la santé publique, et conformément aux procédures établies dans le Règlement sanitaire international, j’ai sollicité l’avis d’un comité d’urgence constitué à cette fin. Sur la base des données factuelles disponibles et de leur évaluation par ces spécialistes, les critères scientifiques définissant une pandémie de grippe sont remplis. »

 

http://www.who.int/mediacentre/news/statements/2009/h1n1_pandemic_phase6_20090611/fr/index.html

 

Mais quelles garanties avons-nous réellement de l’indépendance des dites personnes ??

 

 

(46)  Hill S et Pang T., “Leading by example: a culture change at WHO, Lancet 2007; 369: 1842-1844

 

(47) Différentes études, enquêtes, etc montrent que l’OMS demeure une institution opaque :

 

«  Alors que je dirigeais à Genève la Fondation Soleil, un organisme sans but lucratif consacré à la prévention et à l’information, je fus invité à présenter mes idées sur l’éducation de santé à l’Assemblée Générale de l’O.M.S.  Le directeur de cette institution, Monsieur Mahler, vint me trouver à la fin de mon exposé et me dit : « Comme j’aimerais que l’O.M.S. puisse faire de l’éducation de santé comme vous le préconisez ! Mais c’est impossible, nous sommes sous la tutelle de l’industrie pharmaceutique. Et, avec des larmes dans les yeux, il fit le geste de montrer ses poignets croisés, comme s’ils étaient ligotés. J’ai été très ému par cette bouleversante déclaration et, dans la longue conversation qui suivit. Cet homme remarquable m’expliqua en détail comment les multinationales ont pris la santé du monde en otage, comment elles ont pu, grâce à leurs tentacules multiples et à leur invisibilité politique, s’assurer un contrôle total de toutes les institutions médicales. »    ( Dr Chr. T. Schaller : Vaccins- L’avis d’un médecin holistique, 2006)

 

 

« La confusion entre les firmes pharmaceutiques productrices de vaccin, les découvreurs et les experts est totale. Les mêmes personnes se retrouvent comme expert (Agence du médicament, Académie de médecine, OMS), chercheur scientifique et clinicien. EN FAIT LES FIRMES DECIDENT DE TOUT puisque les experts qui examinent les demandes d’autorisation de mise sur le marché du vaccin ne font qu’estimer les travaux des chercheurs et des consultants des laboratoires pharmaceutiques. Les experts de l’Agence ne font eux-mêmes aucune étude et ne prennent pas d’avis contradictoire. Ils utilisent leur autorité et leur savoir scientifique pour servir de faire valoir à une entreprise commerciale. C’est ainsi qu’un codécouvreur du vaccin déclare dans Impact Médecin : «  En lien avec l’OMS, nous ouvrons des marchés. »

Dr Jacques Lacaze in, « Le citoyen face aux experts, qui décide de notre santé ? », ouvrage collectif sous la direction de B. Cassou et M. Schiff, éd Syros, 1998

 

 

La crédibilité de l’O.M.S. semble avoir été sérieusement entamée, s’il faut en croire « LA RECHERCHE », oct. 1995, 280, p.15 : «  Une série d’articles publiés dans The British Medical Journal et dans The Lancet décrivent l’organisation Mondiale de la Santé comme une institution corrompue et à bout de souffle. C’est « le prochain Unesco » écrit notamment The Lancet. » La Recherche, oct. 1995, 280, p.15

 

 

Certains propos tenus par Alison Katz, haut fonctionnaire, membre du staff de l’OMS, dans sa Lettre Ouverte au Dr. Margaret Chan, Directrice Générale de l’OMS, ont de quoi inquiéter au plus haut point :

 

« […] L’OMS a été soumise progressivement à la pression de minorités puissantes, détournée de son devoir envers les peuples qu’elle doit servir, et divertie de sa mission de santé publique…

[…]  Ce développement est le résultat de l’influence même des compagnies transnationales qui exercent une influence prépondérante sur les gouvernements, de concert avec les institutions financières internationales…

[…] La commercialisation de la science et les liens étroits entre l’industrie et les institutions académiques devrait être un sujet d’inquiétude centrale pour l’OMS…

[…] Au sujet de la corruption des idéaux traditionnels de la science, un éditorial dans The Lancet rapporte que « les institutions académiques… sont devenues des business à part entière…

[…] Le  monde ne peut pas se permettre de s’appuyer sur la science « corporatiste » privée…

[…] L’OMS doit être le leader d’un mouvement pour transformer la façon dont est conduite la recherche scientifique y compris ses sources de financement, ainsi que l’acquisition et l’utilisation des connaissances…

[…] Certains, au travers de l’association du personnel, ont tenté de rendre publique la corruption, le népotisme, le copinage, l’abus des règles et des procédures et un système de justice interne inefficace…

[…] Le staff de l’OMS et d’autres organisations des Nations Unies, peuvent être mal informés (en omettant de se renseigner auprès de sources alternatives) et être sujets à désinformation ( en acceptant la pensée unique des sources conventionnelles dominantes). Il n’empêche, que les fonctionnaires internationaux ne peuvent pas prétendre «  ne pas savoir ».

                            ( Lettre Ouverte à la Directrice Générale de l’OMS, 22 janvier 2007.)

 

 

 

 

(48) http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=15046

 

 

 

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Jacques Lacaze - dans Grippe A (H1N1) et vaccin
commenter cet article

commentaires