Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 août 2011 4 11 /08 /août /2011 13:48

chili-manif-9-aout 

500 000 ETUDIANTS, PROFESSEURS ET TRAVAILLEURS DANS LA RUE AU CHILI POUR DEFENDRE

UNE EDUCATION PUBLIQUE ET GRATUITE

BRAVANT UNE REPRESSION POLICIERE FEROCE

 

  Selon le blog: solidarité internationale du PCF


      "500 000 manifestants dans tout le Chili, dont 150 000 dans la capitale Santiago le mardi 9 août ont répondu à l'appel de la Confédération des étudiants chiliens (Confech) et du Syndicat des professeurs, et ont défilé au son du morceau « Latinoamérica » du groupe musical porto-ricain Calle 13, qui a affiché son soutien public au mouvement étudiant.

     " Non seulement le mouvement étudiant chilien ne faiblit pas, mais il élargit sa base de mobilisation avec le soutien de plus en plus massif non seulement des enseignants mais aussi des mineurs en lutte contre la privatisation du cuivre, des travailleurs mécontents de la politique générale du gouvernement.

      "Luttant depuis plusieurs mois contre les plans d'approfondissement de la privatisation de l'éducation héritée de l'ère Pinochet (la municipalisation) et d'autonomisation des universités, avec privatisation et hausse des frais de scolarité qui l'accompagne.

      "Chiffres édifiants, les familles doivent assurer 30% des coûts de l'éducation primaire et secondaire tandis que l'université – largement dominée par les instituts autonomes privés – est fermée de plus en plus aux étudiants des classes populaires avec des frais de scolarité s'élevant jusqu'à 1 800 euros par mois. En moyenne, chaque étudiant chilien doit payer 30000 euros à la fin de sa scolarité en remboursement de prêts destinés à couvrir les frais de scolarité.

    "Une éducation privatisée qui n'est pas gage de qualité puisque selon les chiffres de l'ONU, le système éducatif le plus 'efficace' reste le système cubain public, universel et gratuit.

     "Le gouvernement avait jusqu'ici joué sur la division du mouvement et sur les manœuvres autour de son Grand accord national pour l'éducation (GANE) qui se proposait de ne rien changer au système au profit d'aménagements cosmétiques (augmentation des bourses, baisse des taux d'intérêts).

     "Les leaders du mouvement étudiant avaient répondu vigoureusement, tel Camila Vallejo, jeune communiste, secrétaire de la Fédération des étudiants de l'Université du Chili dénonçant « une série d'artifices et de trucs pour diviser et affaiblir le mouvement (…) un 'GANE' qui représente une politique continuiste d'approfondissement d'un modèle éducatif bien précis que nous voulons tout simplement transformer ».

      " Face à l'échec de ces manœuvres idéologiques, le gouvernement a tenté de répondre par la force. Les manifestations du jeudi 4 ont été violemment réprimés avec l'arrestation de près de 900 jeunes. La dirigeante étudiante communiste Camila Vallejo avait alors dénoncé des « méthodes qui rappellent celles de la dictature ».

    "Un mouvement soudé par la répression, largement soutenu par les travailleurs ChiliensCe jeudi 9 août, le bilan est moins lourd mais la police n'a pas hésité à user de la force : 398 arrestations et 78 blessés. Plusieurs témoignages font état d'agents provocateurs, sous capuches, descendant de cars de police en vue de faire dégénérer la manifestation à Santiago

      "Loin de diviser le mouvement, la répression le soude et l'aide à emporter l'adhésion la plus large de la population chilienne : 80% des Chiliens soutiennent le mouvement étudiant et seuls 25% se disent satisfaits du bilan du président de droite Pinera, un an après son élection.

      " Les syndicats des travailleurs du public et des mineurs ont annoncé d'ores et déjà leur intention de lancer un mouvement de grève pour soutenir le mouvement étudiant. Les mineurs luttent également contre la privatisation du cuivre, nationalisé sous Allende. Ils ont lancé le 11 juillet une grève historique paralysant l'extraction et impliquant les 30 000 mineurs du pays.

    "Les communistes toujours à l'avant-garde du mouvement. De plus en plus, les communistes sont perçus chez les étudiants comme chez les travailleurs comme une force politique de référence pour donner une direction politique aux luttes. Cela est évident au niveau étudiant avec le rôle de dirigeant naturel qu'a acquise Camila Vallejo, jeune communiste et secrétaire de première centrale syndicale chilienne.

       " Cela est également de plus en plus clair au niveau politique, avec le rôle de soutien et de point d'appui institutionnel du Parti communiste chilien (PCCh). Ce dernier a déjà déposé une plaine constitutionnelle pour demander la démission de Rodrigo Hinzpeter, ministre de l'Intérieur et responsable de la répression.

     " Guillermo Tellier, secrétaire du PCCh révèle même dans une interview à la Tercera dominical que le gouvernement a tenté, avant la manifestation du 9 aôut, de négocier directement avec le Parti communiste pour mettre un terme aux mobilisations.

    "Au-delà de cette reconnaissance implicite du rôle impulseur et dirigeant des communistes – que Tellier assume tout en refusant toute manipulation du mouvement à des fins partisanes – Tellier a profité de ces échanges avec le ministre de l'Education Lavin et le ministre de l'Intérieur Hinzpeter pour condamner leur politique et confirmer que le mouvement ne prendra fin qu'après satisfaction de ses revendications.

   "Au vu de l'absence de propositions nouvelles de la part du gouvernement Pinera après la manifestation du 9, l'annonce de mouvements de grève prochains dans le secteur du public et des mines et la déclaration de la leader étudiante Camila Vallejo sur un « calendrier de mobilisations » à venir, le mouvement n'est pas prêt de toucher à sa fin".

 

Quelques commentaires.

Permettez au soixante-huitard que j'ai été de dire mon sentiment. Quand on regarde globalement ce qui est dit sur le mai 68, on constate que: - pour certains le mouvement révolutionnaire étudiant est privilégiés, - pour d'autres c'est le mouvement gréviste de masse qui est privilégié. Je ne parle pas bien sur des élucubrations anti 68 que vous savez !

Il est certain que le mouvement gréviste le plus puissant que la France ai connu s'est soldé par des avantages très substantiels pour les travailleurs ...... mais qui ont été repris très rapidement par la bourgeoisie qui connaît bien la musique.

La révolte étudiante et de la jeunesse était elle, profonde et ancrée dans la lutte anti-impérialiste: soutien à la guerre populaire du peuple vietnamien contre l'impérialisme étatsunien.

J'ai fait parti des militants politiques qui ont entraîné de nombreux étudiants à la porte des usines. Pour moi, ce fut à la porte du puits de mine Barrois de Pecquencourt, pas loin de Douai dans le Nord. Nous avons été reçu très chaleureusement (nous étions une vingtaine) par les mineurs, les familles et de nombreux syndicalistes et nous avons organisé à la demande des mineurs et de leur épouse une garderie pour les enfants du coron.

J'ai personnellement gardé longtemps des  rapports très étroits avec plusieurs familles. Cette expérience n'a pas été isolée, dans le Nord-de-Calais et ailleurs en France. Cette union sur le terrain de la jeunesse étudiante et de la classe ouvrière était selon moi, la véritable tactique à employer. Elle aurait pu déboucher sur des comités d'union populaire et démocratique qui auraient permis entre autre d'intervenir sur les élections qui ont suivi le mouvement de mai et ont vu la chambre la plus à droite de l'histoire de France rejoindre l'assemblée Nationale, et surtout agir pour le maintien des acquis de la grève. Les dirigeants du PCF et de la CGT ont refusé dès le début cette orientation.  Beaucoup d'entre eux ont dès le début, au prétexte de dénoncer "les gauchistes", attaqué le mouvement étudiant. C'est une erreur dramatique.

Je suis heureux de constater que les syndicalistes Chiliens et le Parti Communiste de ce pays suivent la voie de l'union de la jeunesse, des intellectuels et de la classe ouvrière.

Durant le mouvement lycéen contre le CPE de nombreux syndicalistes ont lutté côte à côte aves les jeunes. C'était la bonne voie. 

Comme des luttes étudiantes et de la jeunesse commencent à éclater un peu partout dans le monde, sachons en ce qui nous concerne tirer la leçon de mai 68 et de son ratage.

Jacques Lacaze

Partager cet article

Repost 0
Published by Jacques Lacaze - dans Actualité
commenter cet article

commentaires