Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 février 2013 1 04 /02 /février /2013 18:25

Borg-Tonio.jpegLe site médical Egora.fr, rapporte ce lundi 4 février l'information suivante: "Le commissaire européen à la Santé, le Maltais Tonio Borg, a estimé que le nombre important de fumeurs en Grèce était un poids pour l'économie du pays, dans un entretien au magazine allemandWirtschaftswoche à paraître aujourd’hui.

"Je me rendrai prochainement en Grèce, où 40% des gens fument. C'est un facteur de coûts, dont il faudra parler", a déclaré M. Borg, cité par le magazine. "Fumer réduit la productivité, cela pénalise l'économie"nationale, a-t-il ajouté, précisant qu'en moyenne 29% des résidents de l'Union européenne étaient fumeurs.

"Le commissaire européen, en charge de la Santé et des Consommateurs depuis le 28 novembre dernier, a notamment balayé l'argument selon lequel la consommation de cigarettes améliore chaque année de plusieurs milliards d'euros les recettes fiscales des gouvernements. "L'argent que les gens ne mettent plus dans les cigarettes sera utilisé pour d'autres choses. La consommation globale ne diminuera pas", a-t-il poursuivi, ajoutant que dans le même temps, les comptes publics seront soulagés de plusieurs millions d'euros nécessaires à la prise en charge médicale des fumeurs."

 

L'hebdomadaire  gauchiste et révolutionnaire bien connu "Le Point" publie sur son site l'information suivante: "Les armateurs grecs détiennent la première flotte marchande mondiale. Avec plus de 3 000 bateaux d'une capacité totale de 190 millions de tonnes, ils assurent près de 15 % du tonnage de la planète et contrôlent près d'un quart des pétroliers au monde. Les familles Latsis et Niarchos figurent dans le classement Forbes des grandes fortunes."La marine est une affaire de famille qui restera longtemps une affaire grecque, affirme Yannis Pahoulis, président de l'association des agents maritimes."   Voir: link

Il faut savoir, que ces armateurs  ne paient pratiquement aucun impôt et qu'ils se gardent bien de conserver leur milliards en Grèce. L'Allemagne et la Suisse sont plus indiqués. Et l'article de "Le Point" ajoute: "Pressé par la troïka (Commission européenne, Banque centrale européenne et FMI), le gouvernement grec impose à son peuple des mesures d'austérité implacables. Et sans grand résultat jusqu'ici, car le pays s'enfonce dans la récession et le taux de chômage explose. L'amputation à trois reprises des salaires et des retraites n'a pas vraiment permis de réduire la dette publique (370 milliards d'euros)."C'est perturbant de voir qu'aujourd'hui, avec la crise, d'un côté, un Grec sur quatre vit au-dessous du seuil de pauvreté et, de l'autre, les armateurs ne cachent pas leurs voitures de luxe, bateaux et hélicoptères privés, explique Takis Bratsos, analyste économique.Difficile d'imaginer que les milliards d'euros gagnés par les armateurs ne se retrouvent pas dans l'économie réelle du pays."

 

Mais bien sur tout cela est totalement faux: ce sont les fumeurs Grecs qui plombent l'économie et conduisent la Grèce à la faillite, obligeant le gouvernement - à son corps défendant bien sur - à vendre les entreprises nationales , les îles etc  à de riches investisseurs qui vont pouvoir faire fructifier par le travail des salariés grecs ces cadeaux du ciel.

Bien entendu, il n'est pas question de défendre les fabriquants de cigarettes, mais de noter que quand un peuple est saigné à blanc comme le peuple grec, persécuté par une puissance colonialiste et fascinante comme le peuple Palestinien, ou sous les bombes  comme les peuples Arabes, beaucoup de personnes éprouvent le besoin de lutter contre l'angoisse et le désespoir en consommant du tabac. Et du coup les oppresseurs font coup double: ils encaissent les profits de la vente du tabac et en font un minable prétexte porté par un minable et servile commissaire "européen" pour mieux stimatiser les travailleurs.

Ces gens là ne "sont plus de notre monde" comme dit le poète. Il est temps de le leur signifier.

 



 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jacques Lacaze - dans Liberté j'écris ton nom
commenter cet article

commentaires