Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 avril 2013 5 19 /04 /avril /2013 13:25

Centre-Hospitalier-Sud-Paris.gifLA SANTE DES MALADES ET DES SOIGNANTS BRADEE AU PRIVE PAR

LE GOUVERNEMENT HOLLANDE  

Les deux textes qui suivent sont publiés par une revue médicale:

Témoignage d'une infirmière: "Le partenariat public-privé met ma santé mentale en danger”

 Mme A.  est à bout. Elle n’en peut plus. Infirmière depuis trois ans au sein du centre hospitalier sud francilien (pour en savoir plus cliquez sur: link et surlink), elle décrit les “abominables” conditions de travail qui sont devenues son quotidien depuis la signature d’un accord de coopération de l’hôpital public avec la société privée Eiffage.

 "Depuis le déménagement dans le nouvel hôpital sud francilien, issu du partenariat public-privé avec Eiffage, mes conditions de travail sont devenues un enfer. Dans l’ancien hôpital, cela allait encore, bien que nous ayons déjà beaucoup de travail. Depuis le déménagement, on est submergé. C’est de l’esclavagisme. On parcourt des kilomètres de couloir pour faire la moindre démarche comme aller récupérer des résultats d’analyse. Ils ont réduit les effectifs pour un établissement beaucoup plus grand. Je ne comprends pas la logique.

 Pour faire encore plus d’économies, l’hôpital a commandé un audit pour chronométrer tous nos gestes. Bien sûr, tous les à côtés n'ont pas été comptés. Résultat, il faut tout faire encore plus vite. Trop vite. On bâcle le travail. On n’a plus le temps de parler aux patients. Je n’ai pas choisi d’être infirmière pour exercer de cette manière. Les rapports humains ont disparu de la profession. On pourrait nous remplacer par des robots. J’ai à peine fini avec un malade que j’ai déjà la main sur la poignée de porte pour aller en voir un autre. Il arrive que les patients sonnent pour nous appeler et que personne n’aille les voir par manque de temps. Lorsque c’est comme ça, on espère qu’il n’y a rien de grave pour eux. Et cela arrive tous les jours.

 Travail à la chaîne

Cette course perpétuelle fait courir un danger aux malades et c’est terrible. Je travaille avec une boule au ventre dans la crainte de faire une erreur qui pourrait être irréparable. La direction est contente de nous voir travailler à la chaîne mais si demain il y a un problème, il n’y aura personne pour nous sortir de là. Je me rappelle par exemple le cas d’un patient admis dans le service. Il avait l’air d’aller bien. Le lendemain matin lorsque je suis arrivée, j’ai appris qu’un collègue l’avait retrouvé mort dans sa chambre. Les médecins nous disent que ce n’est pas de notre faute mais je sais que le patient n’avait pas été assez surveillé.

 Ce qui est terrible c’est que nous sommes tous à bout. Epuisés. Nous faisons environ deux heures supplémentaires par jour qui ne sont pas rémunérées. Quand ce n’est pas plus. L’ambiance dans le service est de plus en plus compliquée à gérer. Tout le monde se tire dans les pattes et se regarde de travers. Si on part sans avoir terminé quelque chose, cela fait du travail qui s’accumule en plus pour les collègues qui prennent la suite. Lorsque je quitte l’hôpital, je suis souvent en larmes. Mon état de fatigue et de stress se ressent aussi à la maison. Les relations avec mon mari sont de plus en plus tendues. Je sais que c’est de ma faute. Je deviens irascible. Un rien m’énerve. Je dors très mal la nuit.

 Je suis en plein burn-out

 Mon médecin veut m’arrêter. Je suis tremblante, j’ai des cernes. Je pense que je vais le faire. Je ne peux pas continuer comme ça. Je suis en plein burn-out. Ma santé mentale est en danger. Il va falloir que je me recentre sur moi-même et que je trouve une solution. Je vais aussi essayer de réfléchir à mon avenir. Je n’arrive pas à me projeter plus loin dans cet hôpital. J’adore mon métier mais je n’ai pas l’impression de le faire correctement. Je suis partie du privée pour venir à Evry, ce n’était pas une bonne idée. Même dans le privé les conditions de travail n’étaient pas aussi abominables.

 Ce partenariat public-privé est une catastrophe. La moindre démarche est compliquée. Le système informatique bug en permanence ce qui rend les télétransmissions impossibles. Plusieurs portes cassées attendent depuis des mois d’être réparées. Savoir qui doit réparer quoi est un véritable casse-tête. Des sonnettes, des tensiomètres et bien d’autres choses ne fonctionnent plus. Eiffage refuse d’intervenir.

 Les patients réalisent que les conditions d’hospitalisation se sont dégradées. Une chose est certaine, ma famille ne viendra jamais se faire soigner ici...”

 

 

Industrie de santé : le gouvernement veut renforcer le partenariat public-privé

Fioraso-Genevie-ve.jpeg"La ministre de la Recherche, Geneviève Fioraso, a appelé à "renforcer le partenariat public-privé" et à "décloisonner" la recherche dans le secteur des industries de santé, en ouvrant dimanche à Lyon le Forum Biovision consacré aux sciences de la vie.

 Face à de "nouveaux défis" en matière de santé (allongement de la vie, maladies liées à l'environnement, cancer), "nous devons renforcer le partenariat public-privé" dans les secteurs de "l'industrie du médicament, du diagnostic, du dispositif médical et (des) biotechnologies", a dit la ministre. "Il nous faut plus que jamais décloisonner (...) la recherche académique et la recherche privée" et "resserrer les liens, du grand groupe à la start-up", a déclaré Mme Fioraso.

 Les effets positifs de la croissance des entreprises de santé sur l'environnement économique se sont accrus de 18% en dix ans, contre 6% dans le reste de l'industrie manufacturière, a fait valoir la ministre. Elle a également noté que le secteur des industries de santé représente 7% des exportations françaises, au 3ème rang après l'aéronautique et l'agro-alimentaire.

 Le directeur général du groupe Sanofi, Chris Viehbacher, a de son côté souligné l'importance des "partenariats" de coopération pour trouver des innovations de "rupture". En 2012, 39 nouveaux médicaments et vaccins ont été approuvés par l'agence américaine du médicament, la FDA, le niveau le plus élevé depuis 15 ans, et 40% venaient de "compagnies émergentes", a observé M. Viehbacher. Les biotechs "sont maintenant en mesure de déposer des demandes et de les commercialiser", a-t-il résumé.

 "Pour avancer, il faut des partenariats", a confirmé Jean-Marie Lehn, pris Nobel de chimie. "Si vous voulez transformer le savoir en action, le savoir en technologie, vous avez besoin de collaborations et de synergies", a-t-il dit.

 

Bref, la grande misère de l'hôpital public n'intéresse pas la ministre ni le gouvernement. Les catastrophes du système anglais n'a pas traversé la manche. Hollande ne la traverse que pour aller dire à la City: continuez à faire du profit, je veille au grain!

De même, l'échec et la dangerosité de la politqiue vaccinale n'est pas mise en question. 

Le nombre de nouveaux cancers et le nombre de morts qu'ils provoquent augmentent d'année en année. Mais il n'est toujours pas question de mettre en place une politique de prévention, possible bon marché et nécessaire. Tous ceux qui dans les 8 ans déclarerons un cancer pourront dire merci à Madame Fioraso et à Monsieur Hollande!

Les scandales à répétition : Médiator, prothèse mammaire PIP en silicone industriel, et le retour du distilbène etc etc, ne gènent en rien ce gouvernement et cette ministre qui ne trouve comme solution que de donner encore plus d'argent à l'industrie pharmaceutique qui étale au grand jour ses turpitudes.

Ce gouvernement est totalement vendu à un mini groupuscule de marchands du temple qui en veulent toujours plus et prospèrent sur la santé et la mort des nôtres.

Il est temps, grand temps de se révolter et d'exiger des comptes et un changement radical de politique. 

Docteur Jacques Lacaze

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jacques Lacaze - dans Santé
commenter cet article

commentaires

marithe 06/05/2013 22:31


cela fait 20 ans que je vois les conditions de travail se dégrader, doucement puis de plus en plus de manière visible, nous en sommes à ce que des infirmiers sont au chomage en france pendant que
ceux qui travaillent dans les services sont usés jusqu'à la corde. Où travailler quand on veut travailler dans des conditions qui permettent de rester humain ? où se faire soigner si on veut
promouvoir les lieux de soin qui respectent soignés et soignants ? où ? ça devient de plus en plus rare...

Jacques Lacaze 07/05/2013 09:12



Je viens de recevoir la lettre du Docteur Delepine que bien sur je vais mettre sur le blog.


Nous sommes confrontés avec ce problème: Michèle a un gros problème de vue et de dépression et c'est un parcours du combattant ubuesque. J'essaie d'imaginer ce que ce doit être pour les personnes
qui ne connaissent pas le système de santé ...