Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 septembre 2014 2 30 /09 /septembre /2014 13:16

Avec l'intérogation:

LA GUERRE DU DROIT?

René Merle, remarquable polémiste, écrivain, professeur retraité, publie sur son blog un court billet, que je reproduis ci-dessous. Je me pose les mêmes questions que René. Et vous?

Voir son site: link

 

    Nous voici engagés, à la demande du gouvernement irakien, dans une guerre aérienne contre l'agression de DAESH sur son territoire. Nous sommes donc "légitimés" par cette demande. Position vertueuse qui ne laisse pourtant pas oublier la récente démangeaison d'aller bombarder la Syrie, ou plutôt les troupes du gouvernement syrien en lutte contre deux oppositions bien imbriquées, l'une jugée fréquentable, l'autre, après avoir été fréquentée, s'étant dévoyée en DARSH. On se souvent du lachage du gouvernement Obama, alors peu pressé de tenter l'aventure. Il en va autrement aujourd'hui, puisque l'aviation US bombarde en Syrie...

     Et nous voici donc, en supplétif empressé, engagés aux côtés des Etats-Unis, dans un conflit que notre allié présente non seulement comme la lutte contre DAESH, mais comme la lutte contre « le terrorisme », entité protéiforme, tentaculaire, et mondialement répandue. Lutte dont les Etats-Unis, proclamés « Empire du Bien », s’autorisent à frapper où ils veulent et comme ils veulent, sans s’embarrasser des frontières, des « autorisations » étatiques et autres futilités (la Syrie en est bon exemple). Et sans se soucier des protestations de grandes puissances comme par exemple la Russie et la Chine, qui un beau jour, excédées, pourraient ne pas se contenter de reproches verbaux...

       Il serait naturellement bienvenu que notre gouvernement précise aux citoyens qu'il représente quelle est sa conception de la grande coalition organisée par les États-Unis, quelle place nous allons y prendre, quelles retombées sommes-nous prêts à assumer...

Renè Merle

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jacques Lacaze - dans Liberté j'écris ton nom
commenter cet article

commentaires