Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 janvier 2013 4 31 /01 /janvier /2013 16:58

Le média médical egora.fr raporte à la date du 31/01/2013, une étude de la revue médicale indépendante Prescrire (la seule revue qui ne reçoit pas un centime de l'industrie pharmaceutique) sous le titre:

Médicaments : les effets secondaires

à l'origine de 10 000 à 20 000 décès par an

Une étude de 1998 conclut que 0,12% des patients (soit environ 14.400) hospitalisés décèdent suite aux effets secondaires des médicaments. "On peut considérer que chaque année 20.000 patients ou invalides décèdent, en France, d'effets indésirables des médicaments", selon la revue indépendante Prescrire.

"Un médicament, pilule ou anticoagulant, c'est toujours une substance qui a des effets négatifs", rappelle Gérard Bapt, député PS de Toulouse, médecin-cardiologue, membre du conseil d'administration de l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé, ajoutant qu'"il est stupéfiant de voir le caractère massif de la prescription, hors AMM, de la Diane 35. C'est de l'ordre de 90%." (Note de J. L. quand j'exerçais en médecine générale en homéopathie et phytothérapie, je n'étais que peu prescripteur de contraception sauf renouvellement de temps pour des personnes pressées. Je suis sur que diane 35  a toujours été présentée comme une pilule contraceptive. Rappeler aujourd'hui son AMM et donc que la prescription de cette pilule était hors AMM   est d'une hypocrisie indigne. L'Autorisation de Mise sur le Marché est le sésame pour un médicaments)

 

Remarque: la loi sur la réforme du médicament, adoptée en décembre 2011, autorise certaines prescriptions hors AMM quand il n'existe aucun médicament pour une maladie donnée ou encore quand un médicament peut faire l'objet d'une recherche clinique, comme pour le baclofène. Un médecin malade alcoolique, a expérimenté par hasard sur lui ce produit et a constaté qu'il permettait de couper l'envie de consommer une boisson alcoolisée. Malgré le danger pour leur santé, danger souvent vital pour eux et autrui, que courent ces personnes, l'accès a baclofène a longtemps été restreint. La santé publique bien comprise n'est pas la tasse de thé e l'industrie du médicament et des décideurs à leur botte.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jacques Lacaze - dans Médicaments
commenter cet article

commentaires

Pierre-Henri BREDONTIOT 01/02/2013 12:14


A chaque présntation par les visiteurs médicaux, l'effet contraceptif était noté, dès le début, mais comme accessoire, effet collatéral, et non vertu particulièrement intéressante.


On disait seulement que ça pouvait éviter une double prescription, ce qui est effectivement un avantage.


Pas de faute commerciale ou déontologique sur ce point. En ce qui me concerne, c'est un gros-gros mensonge de député-conseiller-ignorant-mais-causant-bien. Un de plus, un de moins...Je soulignais
dans un article sur agora que pendant que Dyane tuait 4 personnes en 25 ans, la concurrence en dézinguait 360.000, selon votre article.


Ce qui en fait un tout petit joueur, qui ne méritait pas d'être mis sur la touche, et qui va nous manquer.

Xuan 01/02/2013 00:17


Salut Jacques, ce n'est pas la première fois que l'Agence nationale de
sécurité autorise des produits dangereux.

Jacques Lacaze 01/02/2013 07:56



 ..... ni la dernière!



Pierre-Henri BREDONTIOT 31/01/2013 20:12


Mon cher confrère.


J'ai beaucoup d'admiration pour vous et pour tout ce que vous faites, ainsi que pour notre ami commun le Dr Gernez.


C'est pourquoi il m'est désagréable de vous contredire sur ce point dans un premier message. Pourtant, je dois dire que Dyane ne m'a jamais été présenté que comme un anti-acnéique, dont l'usage
devait être aussi court que possible. Certes, j'ai souvenir de jeunes filles qui, se voyant prescrire ce médicament en présence de leur maman, et comprenant qu'il était aussi contraceptif,
affichaient un large sourire. En quelques semaines, ces jeunes filles, doublement séduisantes grâce à cette drogue, se voyaient prescrire une autre solution contraceptive dès que le problème
extérieur était réglé. Je ne vois pas pourquoi elles se seraient attachées à ce produit top dosé en temps que contraceptif autrement, ni l'avantage qu'elles y auraient vu.


Ainsi, je crois que cet excellent anti-acnéique, qui n'a pas fait plus de morts que les contraceptifs classiques, est plutôt victime d'un lobbying à son encontre, et je pense aux autres
anti-acnéiques, qui vont retrouver de la vigueur malgré leurs lourds effets indésirables. C'est le moment d'investir dans les actions de la Vitamine A Acide...


Que Bayer prenne une petite claque en passant me ferait plutôt plaisir, lui qui tue sans vergogne nos abeilles avec ses néonicotinoïdes. Mais en l'occurence celle-ci ne me parait pas méritée. Et
nous voici privés d'un excellent produit, pour contenter le petit peuple.


C'est du moins mon opinion du moment.


Par ailleurs, je serais heureux que vous me contactiez par mail. J'ai quelques ennuis avec mon CDO pour avoir médit des vaccins sur différents forums, et vos conseils me seraient certainement
précieux. Je vous en remercie d'avance.

Jacques Lacaze 01/02/2013 07:55



Je me garderais de vous contredire, mon cher confrère! Et tout d'abord un grand merci dêtre intervenu sur ce sujet. Comme je l'écrivais, mon activité médicale ne m'orientait que très
marginalement vers la prescription de contraception. Mon témoignage est donc biaisé indiscutablement. Le votre correspond sans nul doute à une réalité que je n'ai pas connu. Je ne peux pas
témoigner sur l'effet anti acnéïque de ce médicament. Par contre mettre un quart de siècle pour s'appercevoir que dyane était prescrit comme contraceptif me paraït disons très très curieux. 


Par ailleurs, je partage bien entendu votre point de vue Bayer et l'industrie pharmaceutique.


Encore merci et à bientôt.