Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 octobre 2013 3 02 /10 /octobre /2013 13:08

 Lestrade (de) Thierry

LE JEÛNE UNE NOUVELLE THERAPIE ?

      de Thierry de Lestrade

 

Voila un livre qu'il faut absolument lire. Il fera date.Il est écrit d'une façon très précise et très agréable. Il va faire plaisir à mes amis homéopathes, naturopathes, ostéopathes, à nombre de médecins généralistes, bref à tous les thérapeutes qui restent à l'écoute de leurs patients et qui ne veulent pas  en priorité leur nuire. Son auteur Thierry de Lestrade à réalisé un film avec Sylvie Gilman qui porte le même titre et qui fait date. Mais il va plus loin, beaucoup plus loin en proposant l'analyse de la situation de la médecine aujourd'hui. Il répond à deux questions décisives: d'où vient et comment s'est constituée la médecine dominante, officielle?

Commençons par lire la conclusion de son livre: 

…….

La médecine occidentale a été conçue comme une guerre. Au début du XIXe siècle, Benjamin Rush partait à l’assaut des maladies grâce à l’action virile de médicaments agressifs, prescrits à des doses « héroïques ». La découverte des « microbes », perçus immédiatement comme les nouveaux « ennemis », a lancé à partir de 1880 la « guerre contre la maladie ». Et « la guerre contre le cancer », déclarée en 1971, fait encore rage. Les médecins utilisent en cancérologie un « arsenal thérapeutique » qui s’étend de l’arme de destruction massive aux frappes chirurgicales. Symbole éclatant de cette conception de la médecine : le premier essai de chimiothérapie  a été effectué avec un gaz de combat exhumé des tranchées de la première Guerre mondiale .

Alors qu’aucune percée spectaculaire n’est venu renverser le front des maladies chroniques, la guerre impose sa propagande, qui annonce toujours la victoire pour demain. Elle choisit aussi ses héros. Qui se souvient de cette campagne d’affichage de l’Institut national en 2007, où l’on pouvait lire sous des visages d’anonymes : « Nous sommes 2 millions de héros ordinaires. » Ces visages étaient ceux de survivants du cancer. Je m’étais alors posé la question : «  et ceux qui succombent, ce sont des lâches ? ».

Toute guerre impose une vision manichéenne, voire simpliste. Les bons contre les mauvais. Les docteurs contre les charlatans. Elle a permis l’éradication stupéfiante de toute méthode de soin alternative au profit de la seule médecine dite scientifique. Et elle se double d’une représentation machiste qui a légitimé l’élimination durable des femmes de la profession médicale.

La guerre, enfin, a son champ de bataille : le corps humain. Découpé en tranches . Scannerisé. Biométricalisé. Décrypté dans son génome. C’est dans l’organisme que l’on cherche à débusquer l’ennemi toujours plus loin, dans une plongée effrayante vers l’infiniment petit. Jusqu’à oublier que le corps est un tout.

N’est-il pas temps de faire la paix avec soi-même ? De ne plus  rechercher les ennemis dans son corps, mais de s’en faire un allié ? Le jeûne nous y invite. Jeûner, pour se mettre à l’écoute de son corps, dans une attention nouvelle, attentive,sensible. Pour activer des forces insoupçonnées. Vis medicatrix naturae – le pouvoir de guérir de la nature - , c’est ainsi qu’Hippocrate résumait ce processus. Alexandre Kobosov, le pneumologue russe (cité dans l’ouvrage de de Lestrade), nous l’a répété : « Il y a deux manières de se soigner : une manière passive, en avalant des médicaments ; une manière active, avec le jeûne. »

Un patient actif, à l’écoute de son corps, soit. Encore faudrait-il que le médecin soit à l’écoute de son patient. Il ne s’agit pas ici de juger hâtivement de la qualité de l’engagement du corps médical : la grande majorité des soignants sont dévoués et ne comptent pas leurs heures. On peut néanmoins s’interroger sur la pratique médicale. Sur la formation des soignants, sur le processus amorcé au début du XXe siècle qui a transformé les médecins en ingénieurs. Des techniciens de haut vol, super-spécialisés, super-qualifiés et très efficaces… Dans une certaine mesure.

Car ces praticiens touchent les limites de leur pouvoir lorsqu’on pénètre dans le vaste domaine des maladies chroniques. S’installe alors un autre rapport, où la guerre n’est plus possible. L’enjeu est de taille : 15 millions de Français souffrent de maladies chroniques, soit un quart de la population. Dans ce territoire-là, la prévention doit prendre le pas sur la réparation.

Le rôle du patient devient essentiel, la révolution viendra de lui. Elle s’amorce. Rares sont les malades aujourd’hui qui ne consultent pas Internet, puisant des informations sur toutes sortes de forums.

…..

Thierry de Lestrade consacre les deux premiers chapitre de son ouvrage à dresser le tableau de la médecine aux USA.

Dans le premier chapitre, il explique qu'à sa naissance à la fin du XVIIIe siècle, les USA comptaient très peu de médecins. Les guérisseuses ont pris une grande importance en rendant service à leur communauté. Elles utilisaient les moyens disponibles les plantes principalement. Au passage il rappelle le sort tragique qu'en Europe l'Eglise puis le pouvoir royal a fait subir aux guérisseuses, qui furent brûlées par milliers pour faire place aux médecins issus des nouvelles facultés de Montpellier puis de  Paris.

Dans ce contexte des pratiques comme l'homéopathie, la chiropraxie, l'ostéopathie, vont se développer considérablement.

Les médecins orthodoxes vont tenter de lutter contre cet ensemble de praticiennes et de praticiens. Ils vont  créer l'AMA : l'association  des médecins  américains, en 1847 qui va engager le combat contre ceux qu'ils appelaient "charlatans", au nom de la « science ». Ils n'arriveront pas à leur fin. Il faudra attendre la fin du XIXe siècle pour qu'une offensive soit menée et gagne.

Thierry de Lestrade a intitulé son 2éme chapitre: "Comment l'AMA a éradiqué la médecine populaire ». Il faut absolument lire ce chapitre. Je ne vais pas le dévoiler, sauf à dire qu'il est dans le droit-fil de la quasi extermination des peuples premiers qui occupaient ce territoire, de la traite des noirs, du rôle actuel des USA qui disposent de plus de 1000 bases militaires partout sur la planète avec l'objectif de dominer le monde par le feu et le sang. 

Les USA ne sont pas réductibles, bien entendu, aux politiques des classes dominantes L'immense majorité des émigrants qui ont contribué à faire la richesse de ce pays étaient la masse des personnes fuyant la misère des pays de la vieille l'Europe ou déportées par bateaux entiers: les vagabonds, les prostituées, etc etc, et qui ont constitué le prolétariat des USA.

L'auteur, souligne le rôle décisif joué par la Fondation Rockefeller dans le soutien à l'AMA avec des anecdotes du genre du soutien financier à l'AMA de l'industrie du tabac. Le développement du grand capitalisme étatsunien et sa politique visant à dominer le Monde est étroitement liée à la naissance de la médecine qui s'est autoproclamée "scientifique". Et aujourd'hui encore, voir l'article du Monde Diplomatique de juiller 2013: "Comment la santé est devenu un enjeu géopolitique?" (Pr D. Kerouedan) cette politique fait partie des priorités de l'administration des USA. Pour ces dirigeants, il faut lutter contre  "le communisme, le terrorisme et les maladies". Contre les maladies: uniquement par le volet curatif en excluant totalement le préventif. (Les vaccinations ou "le cholestérol" n'ont rien à voir avec le préventif. Il faudra en reparler)

J'ajoute un mot. On parle de la médecine scientifique", y compris dans le livre de Thierry de Lestrade. Je pense que la médecine est seulement une pratique sociale née avec l'Humanité  comme l'agriculture, l'expression artistique etc et qu'elle ne peut pas être qualifiée de scientifique. Cette pratique pose des questions à la recherche scientifique d'une part et d'autre part utilise les résultats de ces recherches ainsi que ceux de la technologie pour mieux soulager les ou guérir les malades. Il importe de poser sérieusement la question de la Science. On assiste à deux phénomènes dangereux. D'une part le dénigrement de la recherche scientifique et de la science, et d'autre part la défense néopositiviste d'une idéologie scientifique au service du capital. Les OGM semble être un terrain privilégié pour ces exercices.

Il est urgent d'en parler et il est urgent que les citoyens s'en mêlent.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jacques Lacaze - dans Santé
commenter cet article

commentaires

roland 25/10/2013 23:03


que pensez-vous du Corrosol ? Selon certains il aurait des vertus anti-mitotiques importantes : http://www.pyepimanla.com/octobre-novembre/articles/religion-divers/divers/LES-VERTUS-DU-COROSSOL.html


mais un autre article n'en parle pas du tout et par contre dit qu'on peut attraper une maladie parkisonnienne en en consommant. Que croire de tout ça ? J'ai vu que des naturothérapeutes rêvent
d'une version du protocole Gernez, où des plantes remplaceraient les quelques médicamants chimiques de la dernière semaine. Se sont-ils penché là-dessus ?

Jacques Lacaze 26/10/2013 11:43



Bonjour Roland. Vous m'apprenez l'existence de cette plante et de son fruit. Je ne connais pas et j'ai fais comme vous sans doute, un petit tour sur internet. Il apparait sur
Wikipedia qu'un essai a été effectué sur le cancer de la mamelle de la souris et a été positif.


Je voudrais vous signaler que Mmes les Professeurs Pinkas et Bézanger-Beauquesne (avec d'autres collaborateurs) ont publié en 1980 un assez gros livre sur
"Les propriétés des plantes médicinales des régions tempérées". Ces auteurs, enseignants à la Faculté de Pharmacie de Lille citent pas moins de 44, (je dis bien
44) plantes qu'on trouvent donc en France en particulier et qui ont des propriétés anti tumorales.


L'Asie, la Chine en particulier en utilisent depuis des millénaires des centaines. En Amazonie on en compte aussi beaucoup, comme en Afrique et dans bien d'autres
pays et territoires: dans les steppes etc etc. 


Le grande industrie pharmaceutique qui est en pleine déconfiture puisqu'elle avait basé son bizness sur la chimie se lance dans la recherche de ces plantes en particulier. D'ailleurs,
beaucoup de produits utilisés en chimio viennent de végétaux qui étaient  connus pour leur propriétés anti tumorales comme le bel arbre qu'est l'if.


La problème posé n'est pas de courir après les plantes efficaces: il n'y a qu'à se baisser pour en trouver, mais de la façon de les valoriser. Parcourir internet montre que les témoignages sur
les effets de telle ou telle plantes abondent. Mais ne perdons pas de vue, que ce qui marche pour quelqu'un ne marche pas forcément pour un autre. C'est une donnée classique. Comme c'est aussi
une observation courante que de voir la personne qui a eu un bon résultat avec un produit en faire l'éloge. C'est normal et humain. Une démarche médicale fondamentale doit pouvoir accumuler les connaissances sur les plantes médicinales avec les qualités de chacune et les défauts ou contre
indications. chimie C'est la raison de fond qui font qu'exiger que le diplome d'herboriste soit rétabli. Il a été supprimé sous l'occupation nazie, car l'industrie chimique allemande était en
pointe dans la chimie pharmaceutique et elle voulait l'imposer à tous. Ce qui a marché d'ailleurs puisque le gouvernement de la Libération n'a pas rétabli ces interdictions et a conservé l'Ordre
vichyste de s médecins. Ceci à la plus grande joie des joyeux lurrons de l'industrie chimique allemande qui s'était fait remarquer par la fabrication de produits mortels pour les
camps d'extermination et les expériences sur les prisonniers et les déportés. Ils ont repris leur petit commerce avec la bénédiction des USA et des autres puissances après 45.


Il faut comprendre aussi, que nous sommes en particulier avec la chimiothérapie dans une conception idéologique très particulière. Voici mon analyse. Pasteur en découvrant les microbes, a
introduit en biologie et médecine, le concept d'agression: une maladie est due à une agression, donc il faut lutter contre cette agression. Il faut faire la guerre à
l'agresseur. Ce concept va devenir le concept central de la médecine qui va se développer à partir de Pasteur - et quelques autres - dans l'ensemble du monde occidental. Ceci via les
Instituts Pasteur, puis la Fondation Rockefeller..Il sera peu à peu imposé au monde entier. C'est le concept de la guerre à la maladie: guerre contre le cancer, etc etc, avec les grands mots
guerriers, issu des stratégies militaires: tactique, stratégie, ennemies, victoire (qu'on attend toujours d'ailleurs à propos du cancer ....) etc etc. Un sous produit de ce concept si on
m'autorise à dire la chose ainsi est qu'à la Faculté de Médecine on enseigne, (posons la question à un médecin il vous le dira: "un médicaments actif a des effets secondaires, sinon ce n'est pas
un médicaments". Ce qui permet aussi tout aussi joyeusement de considérer que comme à la guerre il y a des effets collatéraux inévitables ..... que nos parents, amis paient de
 leur vie ou de leur santé. L'actualité depuis des décennies est bien là pour le démontrer.


A coté de cette médecine guerrière et basée sur les "grands médicaments" chimiques (de synthèse ou d'extraction, par la recherche de LA MOLECULE ACTIVE), médecine qui n'a
guère plus de 150 ans,  , la médecine populaire. Cette Médecine, qui pour moi est LA MEDECINE est - excusez du peu - aussi vieille que l'Humanité. Elle est née avec l'émergence de l'espèce
humaine de la nature pour passer à la culture. Dit autrement, je pense que l'Humanité est née en particulier sur l'altruisme, sur la solidarité sur l'entre'aide, et donc sur ce qu'on appelle
aujourd'hui la médecine forme élaborée de l'entre'aide de l'altruïsme. Puis l'Histoire s'est enclenchée, l'homme a commencé à produire et accumuler des richesses ce qui a entraîné l'égoïsme
la cupidité le désir de voler les richesses de son voisin, en bref les sociétés de classe. Aujourd'hui nous avons la caricature sous nos yeux avec la volonté criminelle des super riches de
vouloir accumuler toujours plus de richesses en fomentant des guerres partout sur notre planète qui est de plus en plus détruite et avec elles les richesses accumulées
qui pourraient servir au bonheur des peuples ....


Revenons à votre question Roland. Ma proposition est de répertorier systématiquement sous une forme à déterminer tous les produits anticancéreux. C'est d'autant pus nécessaire et important, que
la voie choisie en médecine, la voie dominante et guerrière est en train d'une part, d'être très largement contestée et d'autre part d'être en pleine crise existentielle. Le système
économique qui la porte  qui a nom système capitaliste n'est pas non plus très bien portant


A propos des naturothérapeutes, nous avons en effet mis en place une formation à Paris le 29 septembre consacré à l'information sur les propositions du Docteur Gernez en matière de
prévention du cancer. J'ai assuré cette formation car je collabore avec Gernez depuis plus de 40 ans et je connais assez bien la question. Le but est de permettre
aux naturopathes d'intégrer ce volet à leur pratique quotidienne. De nombreuses questions sont posées en particulier sur l'utilisation de produits anti-mitotiques.
Nous avons du travail en perspective  ......


En conclusion, j'espère que ces quelques notes permettrons aussi un débat de fond indispensable.



..... à suivre, si vous le voulez bien ..... 


 


 



mumen 03/10/2013 16:46


Merci pour l'info. L'émission faisait date, le livre le fera aussi, j'en suis certain. Je vais le commander illico.


@Patrick-Louis : Je pratique le jeûne depuis plus de dix ans, tous les ans deux à quatre semaines, plus parfois des journées isolées pour digérer, pour guérir une douleur ou une crève. Les
conseils à donner sont légion. Je résumerai en disant de ne pas jeûner sans s'informer, de prendre son temps. Le premier jeûne de plusieurs jours peut être fait encadré, c'est sécurisant.


La science est anti-jeûne. Il faut donc commencer par ne pas croire ce qui est dit "de haut" par les médecins. Pour les faire taire, demande-leur de citer leurs sources qu'ils ne peuvent que te
donner s'ils veulent se comporter en scientifiques. Comme ils n'en ont pas, ils restent cois.


Les sources alternatives sont nombreuses. Leur multiplicité est garante de leur intérêt, dans la mesure où elles font très largement consensus. J'ai écrit un billet détaillé sur ce
sujet ici.


Les sources sont assez faciles à trouver sur le NET, des tas de livres ont été écrits à ce sujet. Les deux ouvrages majeurs sont Shelton et Boudreau.


Je te donne en lien un site majeur, qui a recueilli des tas de témoignages depuis des années, avec beaucoup de patience et de ténacité : http://jeune-et-sante.forumcanadien.ca/. Le site jeûne et randonnée, tenu par un pionnier en France, propose des tas de textes à lire.

Patrick-Louis Vincent 03/10/2013 09:54


Merci pour l'info. J'ai commandé le livre.


J'ai fait des études de naturopathie, donc je connais un peu la question. Toutefois, je n'ai jamais franchi le pas. Ce livre m'y aidera peut-être.


Avez-vous pratiqué le jeûne ? Si oui, pouvez-vous nous parler de votre expérience, et les conseils que vous donneriez à ceux qui souhaitent le pratiquer.


Bien cordialement


Patrick-Louis

sahb 03/10/2013 09:26


 


le jeune thérapeutique inventé par les psychiatres soviétiques guérit de tout ... et peut tuer BigPharma
qui a empoisonné des milliards d'humains depuis un siècle et demi de développement sans freins de sa capacité de nuisance ...
voir le documentaire d'Arte (qui pour une fois ne vomit pas sur l'Union Soviétique !) :


http://www.youtube.com/watch?v=Z-sk_L-ISGk



ici un long extrait du livre de Thierry de Lestrade :
http://widget.editis.com/ladecouverte/9782707175571/#page/22/mode/1up

et un court extrait (saisissant):



Jusqu'au jour du début des années l890 où Dewey feuillette la dernière édition du Manuel de physiologie de Gerald F. Yeo, professeur de médecine au King's College de Londres.


Dans le chapitre sur la famine, Yeo publie un tableau où il indique le pourcentage de perte de poids de chaque organe après la mort par famine. Dewey note que la graisse a fondu de 97 %,
les muscles de 30%, le foie de 56 %, mais le cerveau et le système nerveux sont en revanche intacts. Ainsi le cerveau de quelqu'un qui est mort de faim n'a pas perdu un seul gramme, alors
que la quasi-totalité de sa graisse a été absorbée ! Voila donc un fait scientifique irréfutable et, pour Dewey une révélation : « J'ai tout de suite vu le corps humain comme une vaste
réserve de nourriture prédigérée, avec le cerveau en possession du pouvoir pour maintenir l'intégrité de la structure en l'absence de nourriture. […] C'est dans la capacité du cerveau a se
nourrir lui-même qu'on trouve l'explication du maintien d'une pensée claire, même lorsque le reste du corps est réduit à un squelette. Et d'ajouter : « le comprenais dès lors que mourir de
faim n'était pas une question de jours, mais de semaines et de mois, certainement bien plus que le temps nécessaire pour se remettre d'une maladie »


Avec une certaine naïveté, car personne n'en connaît encore le fonctionnement. Dewey pointe du doigt un des mécanismes principaux du jeûne : en l'absence de nourriture, le corps se met à
fonctionner comme une réserve de nourriture ; il épuise certaines parties (les graisses), mais choisit d'en préserver d'autres, le cerveau et le système nerveux. L'intégrité des fonctions
neurologiques est maintenue : l'homme ou la lemme peut toujours penser, décider, se mouvoir. Ce mécanisme préserve également le cœur, organe vital - mais cela, Dewey ne le sait pas encore,
cette particularité essentielle ne sera mise au jour que plus lard.