Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mai 2010 4 06 /05 /mai /2010 09:08

 

Étude de Médecine sur les liens

existant entre biologie individuelle,

                   santé et prévention

Pas un jour sans qu'un média médical n'annonce le rôle du variant d'un gène dans telle ou telle maladie voire dans notre comportement ou psychisme, c'est la Médecine prédictive, mise en marche grâce aux travaux initiateurs de Jean Dausset sur le système HLA. Cette médecine repose sur et érige le gène-objet en facteur de risque.
La génétique sur laquelle elle repose, n'est toutefois que la version ultime d'un concept déterministe sans objet réel. L'efficacité de ce concept a atteint ses limites, il doit être rapidement prolongé puis remplacé.

Historiquement le gène n'est qu'une hypothèse opérationnelle issue des travaux de
Mendel du milieu du 19e siècle, peu après que Darwin ne publie en 1859 L'origine des espèces. Il est devenu maintenant un objet supposé, mais un objet physique dont les limites conceptuelles et technologiques sont indéfinies et variables ! (...)

Voici le sommaire:


- Prologue
- Introduction
I) Les mots pour créditer et réfléchir la Prévention
Prédictive
II) La prévention d'aujourd'hui et ses limites
III) La médecine prédictive : coup de poker sur le gène qui emporte tout
IV) Un pari technologique en l'absence des vraies observables : les phénotypes intermédiaires ou NODS (noeuds déterminants de Santé)
V) C'est une histoire millénaire ... la difficulté de décrire le réel
VI) Rénover le concept de fonction : du système à la fonction
VII) Evolution Système Fonction Maladie
VIII) Un cas exemplaire : le système immunitaire
IX) Miroir, réfléchis moi la Santé pour Prévoir
X) Les valeurs optimales Santé (VOS) du métabolisme cellulaire
XI) Notre corps neuronal fait de la résistance
XII) Proposition de la Prévention par la Prévision
XIII) L'efficience prévisionnelle résulte d'un mécanisme de transition
d'état
- Epilogue

- Conclusion
- Bibliographie
- Glossaire

 

 

 

Le Docteur Dumont présente son ouvrage et son parcours:

 

Résumé du livre :

La prédiction génétique des maladies et sa technologie ignorent l’imprévisibilité d’un individu. Cette méthode s’avérera donc paradoxalement inefficace pour prévoir notre santé !

Seul un modèle cohérent avec l’Hérédité, c'est-à-dire l’histoire adaptative des chemins biologiques et leur évolution durant plus de 5 milliards d’années fonctionne comme l’état de Santé. Car par nature il tient compte de  la prévisibilité de cette évolution. Sur son horizon on peut alors apercevoir les risques Santé futurs.

Remplacer la prédiction par la prévision se heurte à une attente  primordiale : que la réalité soit compréhensible et donc réduite et maîtrisée par notre cerveau !

Les racines de cette attente remontent en des temps immémoriaux !

Tout comme l’ont admis les sciences physico - chimiques du 20é siècle, la médecine et les sciences biologiques doivent admettre qu’elles ne peuvent avoir accès à cette réalité qu’à travers les notions de probabilité et de réel voilé cher au physicien Bernard d’Espagnat.

Une réflexion approfondie sur cette fin des certitudes permettra alors à la biologie et la médecine de faire face à l’évolution nécessaire de leurs concepts.

 

L’auteur :

J’exerce une médecine non spécialisée depuis 1982. J’ai passé ma thèse en 1983, faculté de médecine de Lille II, intitulée : « La psychopathologie dans 100 familles de schizophrènes. Génétique, biochimie, étiopathogénie » dans laquelle j’avais suggéré l’existence de cellules souches dans le cerveau et très succinctement ébauché l’hypothèse d’une théorie structurale. Cette thèse était née de la rencontre, au cours de mon stage de médecine générale, d’un collègue ayant une vision évolutive et adaptative de la physiopathologie.

Ce parcours médical a été précédé de l’enseignement préparatoire et des concours aux grandes écoles, qui sont à l’origine de mon intérêt constant pour la biologie ( entre autres vers la cancérologie, la médecine dite prédictive, l’immunologie….).

A l’instar d’un ingénieur qui ne peut ignorer les mathématiques, un médecin doit s’intéresser à la biologie et ses progrès.

La confrontation à la littérature scientifique m’a démontré alors que la biologie individualisée fondait l'identité d'une personne et constituait le fil conducteur de sa santé.

Ce livre vient de cette critique réciproque entre observation clinique journalière et biologie, puis de la conviction que la prévention est probablement le seul futur d’un système de soins à reconstruire pour qu’il soit accessible et efficace pour le maintien de la Santé du plus grand nombre.

Toutefois, si ce constat est répété à l’envie suite à l’emballement des dépenses de soins, ses zélateurs de tous bords ( politiques, acteurs de santé publique, chantres de la génétique prédictive ) occultent le problème de la pertinence des concepts et de la méthode en vigueur de cette prévention, en oubliant surtout qu’il n’existe actuellement aucune définition opérationnelle de la Santé pour précisément l’atteindre.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jacques Lacaze - dans Idées Débats
commenter cet article

commentaires

mutuelle dermatologue 15/05/2013 18:17


Bonjour, 


La médecine préventive a intéressé les médecins depuis que nombreuses maladies n'ont pas pu être guéri. 

Jacques Lacaze 15/05/2013 18:29



Sans nul doute. Mais à mon avis très marginal. La médecine préventive est la parente pauvre: elle ne rapporte pas grand chose en espèces sonnantes et trébuchantes!


L'exemple du SIDA est à méditer. Quand il n'y avait rien ou pas grand chose le volet prévention a été très développé en particulier par les communautés d'homosexuels. Le résultat a été une vrai
baisse de la propgation de la contagion. L'introduction des thérapies - sans se prononcer, et même avec beaucop de réserves sur leur véritable efficacité - a sans niul doute compromis cette
démarche préventive.
Sans oublier qu'on nous martéle la vaccination comme prototype de politqiue de prévention. Ceci sans véritable études ou en négligeant et bloquant les études effectuées sur la réalité de
l'intérêt des vaccinations. Et sans nul doute pour mois, heureusement qu'un vaccin anti sida n'est pas penvisageable!