Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 janvier 2013 4 17 /01 /janvier /2013 08:40

Plus de 80 morts, déchiquetés, des jeunes gens, entre 16 et 23 ans, filles et garçons mêlés, près de 200 blessés, combien survivront? La tragédie s’est déroulée au cœur d’une université à l’heure de la reprise des cours.

Vous n’êtes pas au courant ?

Normal. Les médias, généralement, ont fait l’impasse. Pourquoi? C’est très simple: le carnage a eu lieu à Alep. Et, cette fois, ce ne sont sans doute pas les "méchants" qui l’ont commis, mais les bons, l’université d’Alep se situant dans la zone tenue par les gouvernementaux. Or, un massacre commis par les "bons", c’est bien connu, n’est jamais un massacre.

 

Pour lire la suite, cliquez surlink

Partager cet article

Repost 0
Published by Jacques Lacaze - dans Liberté j'écris ton nom
commenter cet article

commentaires

Tourtaux 17/01/2013 10:36


Merci Jacques pour cette réponse significative.


Comme tu le sais, j'ai été affecté disciplinairement en Algérie notamment aux munitions tirées ou larguées d'avions parmi lesquelles des bombes de tous calibres, certaines à
fragmentation, les roquettes et le napalm, dont le terme "bidons spéciaux", était l'appellation déguisée pour camouffler les crimes de guerre perpétrés par l'armée
française lors de la Guerre d'Algérie du 1er novembre 1954 au 3 juillet 1962.


Tu penses bien que mes longs mois passés à tutoyer ces engins de mort, m'ont permis de différencier une bombe d'un missile. Je suis donc de très près les informations terrifiantes concernant les
bombes larguées sur l'ennemi par des avions de guerre de l'armée nationale syrienne.


Il est insensé et honteux de faire croire, via les médias carpettes, que l'armée de conscription syrienne tourne ses armes contre la population qu'elle à pour mission de défendre.  

Tourtaux 17/01/2013 09:45


Depuis deux jours, j'essaies de publier des articles sur la Syrie émanant d'une source crédible, la censure passe, donc je ne puis les publier. Par contre, l'article accusateur des USA, disant
que cet attentat meurtrier est le fait de bombardements de l'aviation syrienne n'est pas censuré. Or, dans l'article que je ne puis publier, il est dit que ce crime est le fait de deux
missiles, qui ne peuvent être lancés d'un avion.


Ne pouvant publier les deux articles contradictoires, refusant le deux poids deux mesures, j'ai décidé de censurer l'article annonçant que les USA accusent l'aviation nationale syrienne
d'être l'auteure de cet attentat meurtrier. J'ajoute que l'armée nationale syrienne ne tirera jamais sur le peuple qui fait corps avec elle, voire combat à ses côtés dans certains secteurs
du pays.    

Jacques Lacaze 17/01/2013 09:56



La machine à mentir, à tromper l'opinion, à inverser les rôles: les assassins devenant les victimes et inversement, bref la méthode chère  à  Goebbels connait un développement
saisissant.


Le massacre de l'université d'Alep en est une illustration particuliérement significative. On se demande comment des journalistes peuvent se comporter de cette façon. Quelle est leur déontologie?
Quelles formation ont ils reçu?  


Cette France du mensonge et de la honte, cette France que revient au moyen âge et à Vichy, n'est pas notre France. Notre France est celle que chante Jean Ferrat, celle des combattants de la
révolution "qui montaient à l'assaut du ciel", celle de la Commune de Paris et de la résistance anti-nazie. 


Le triste Monsieur Hollande s'est glissé dans la peau du sinistre Monsieur Thiers et du mois sinistre massacreur de travailleur qu'était le socialiste Jules Moch.