Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 avril 2012 2 17 /04 /avril /2012 15:00
L'évènement se passe en Belgique,
Les  28, 29 & 30 avril 2012  
à Sart-Bernard (Namur)  Rue les Quartiers, 5. 
Il est organisé par Muriel Dacq

 

 

 

La bande annonce de l'évènement: link- http://vimeo.com

 

Pour plus d'infos et réservation voir le site de Muriel en cliquant sur: link

 

PROGRAMME:

 

Samedi28 avril:

10h00 : Conférence Dr Jacques Lacaze

12h00 : Sandwichs bio

13h00 : Séance d'infos Initiative Citoyenne

13h30 : Conférence Alain de Halleux

16h00 : Conférence Michel Collon

18h30 : Repas bio

20h00 : Conférence Sylvie Simon & Claire Séverac

 

Dimanche 29 avril :

09h30 : Accueil

10h00 : Conférence Jean-Luc Guilmot & Mehran Tavakoli Keshe

12h00 : Séance d'infos Maryse Matagne & Richard Marsaud

12h30 : Repas bio

14h00 : Conférence Etienne Chouard

17h00 : Conférence Laurent Fendt

 

Lundi 30 avril :

09h30 : Accueil

10h00 : Conférence Serge Peereboom & Rudolf Koechli

12h00 : Repas bio

13h30 : Conférence Daniel Cauchy

15h30 : Conférence Claude et Lydia Bourguignon

19h00 : Clôture et verre de l'amitié.

 

 Toutes les conférences seront filmées et seront publiées sur le site de Muriel

Repost 0
Published by Jacques Lacaze - dans Idées Débats
commenter cet article
2 avril 2012 1 02 /04 /avril /2012 19:14

melenchon02

 

Vous trouverez ci-dessous le texte que j'ai fait parvenir à mes amis syndicalistes et/ou militants pour un changement de société. Ma conviction profonde est que les élections ne réglerons rien, que l'intervention de l'immense majorité du  peuple de France, à l'exemple des grecs, des portugais, des espagnols, des anglais ... est nécessaire. Nous devons retrouvez la voie qui a conduit à la révolution de 1789: du changement de fond en comble!

Les problèmes de santé et de médecine sont étroitement liés à ce qui se passera dans les mois et les années qui viennent, tant il est vraie que la main mise  de la grande industrie sur la santé est intolérable. Cette grande industrie qui pour gagner toujours plus n'hésite pas à imposer de véritables poisons en lieu et place de traitements.

Mon souhait: qu'un débat s'ouvre.

Jacques Lacaze

 

Une pétition de soutien à la campagne de Mélenchon a été lancée par des syndicalistes du 62, il y a 3 mois. Depuis ces syndicalistes se mobilisent très fortement dans cette campagne. Sollicité, j’ai refusé de participer à  ces initiatives. J'ai expliqué pourquoi, et je n'y reviens pas.

Je voudrais poser quelques questions que soulève la campagne de Mélenchon et du Front de Gauche.

Première remarque, cette campagne électorale est d'un classicisme total. Mélenchon au nom du Front de Gauche la mène sur un programme précis. Ce programme est très superposable à celui de Mitterrand de 1981, sauf que ce dernier proposait – hypocritement – d’en finir avec le capitalisme et proposait le socialisme comme alternative. Mélenchon se garde bien de le faire. Il ne dit strictement rien sur la sortie de l'Europe et de l’euro. Il continue à parler de l'Europe sociale. Son remarquable succès est manifestement lié à son don de tribun, d’entraîneur de foules, à son charisme. Et déjà là: DANGER.

Mais ce n'est pas le plus important. Sa campagne personnalisée à outrance s'inscrit à 100% dans la tradition "démocratique" d’un état entièrement aux mains de la bande du Fouquets. Elle connaît certes une mobilisation très importante de militants syndicalistes en particulier, qui traduit un grand espoir et un ral bol du sarkozisme. Cette campagne  est menée dans le cadre de cette démocratie pourrie, où tous les coups sont permis (voir entre autres, l’exploitation par les droites de l'effroyable affaire de Montauban et Toulouse). Et personne ne peut exclure qu'un coup tordu ne soit en préparation!

Cette campagne, ne peut que renforcer cette démocratie représentative, qui a pour finalité quand les "politiques" sont élus de leur donner carte blanche pour négocier dans l'opacité la plus totale et … de trahir comme en 36, en 45, en 56, en 81 etc...

Voyons de plus près, Mélenchon et le Front de Gauche, se sont bien gardé d'appeler à la constitution de comités de base, dans les quartiers, les entreprises, les universités etc.  De fait seul le discours mélenchonien est à l’ordre du jour : il faut s’émerveiller d’entendre ce qu’on a envie d’entendre sans se poser la question du comment et de la suite.  En l’absence de comités populaires il n’est pas possible de nous exprimer, de peser directement dans la vie politique, dans la lutte de classes. « C’est mon programme : à prendre ou à laisser », voilà le vrai fond du discours.  Il ne se démarque ainsi, d’aucun des 10 candidats, d’extrême droite, de droite, de « gauche », d’extrême gauche !  Ils apportent tous la pâtée aux électeurs, pour qu’ils puissent glisser le précieux bulletin à l’abri des regards indiscrets !

Imaginons … si Mélenchon avait proposé avec lucidité et courage d'appeler à la constitution de tels comités, d'appeler au débat citoyen et à l’action, sur la base de nos luttes dans les entreprises, les quartiers, les écoles, les universités, partout et à la base, la campagne prenait une tout autre allure. Les luttes pour les salaires, les retraites, les conditions de travail, le maintien des emplois, le produire en France et donc le refus de délocaliser  les entreprises, les luttes contre les fermetures de classes, les luttes pour défendre les droits sociaux acquis, les luttes des sans papiers, bref, les innombrables luttes des travailleurs, qui font notre quotidien depuis des années, auraient pu s’exprimer avec force et s’épauler entre elles. Alors là oui, un formidable mouvement citoyen, populaire et démocratique aurait pu prendre son essor et laisser de côté la comédie électorale.

Les revendications de l’ensemble du peuple de France qui est le créateur des richesses, des travailleurs, des privés d’emploi, des enseignants, des petits commerçants, des artisans, des petits agriculteurs, des « classes moyennes » visées par le pouvoir actuel au service de l’infime minorité des très riches, pourraient devenir une immense force préfigurant les mobilisations citoyennes, les actions, les grèves, bref, les luttes indispensables pour changer les choses.

Un tel mouvement n’attend qu’une occasion pour se développer ! Comme en 36, les luttes pour les salaires, le pouvoir d’achat, le logement, les conditions de travail,  la mise en place de nouveaux droits pour les travailleurs en prenant appui sur ce que la gauche et la droite défont systématiquement depuis 45 ans : les droits acquis en 1945 !  Nos propositions pour la France que nous voulons pourront émerger !

J’ai, par exemple, en ce qui me concerne beaucoup de choses à dire sur la santé. En premier lieu que changer les choses dans ce domaine, ce n’est pas réclamer toujours plus de moyens, toujours plus d’hôpitaux, toujours plus de médecins, d’infirmières etc, même si cette revendication est nécessaire. Changer les choses en matière de santé, c’est lutter contre le pouvoir de l’industrie pharmaceutique, l’empêcher de diriger la politique de santé, avec comme seul critère la rentabilité et son corollaire, les catastrophes sanitaires. Il faut s’orienter vers une politique de prévention, de vraie santé publique; ce qui nécessitera de former différemment les travailleurs de la santé, de diversifier les métiers et d’augmenter leur nombre.

Nous savons où est l’argent extorqué aux travailleurs: dans les poches du patronat ! Ces riches actionnaires qui exigent une rentabilité de leurs actions et autres stocks options de 15 à 20%, et quand ça concerne des millions d’euros, le résultat est vertigineux !

Mais voila, Mélenchon et les partis du Front de Gauche, n'ont pas choisi cette voie. Je peux vous assurer, cher(e)s, chers camarades, qui si tel avait été le cas, je me serais porté aux avant postes de la mobilisation. Je suis sûr que la masse des syndicalistes, des militants, des travailleurs mobilisés durant l'automne 2010 se seraient eux aussi mobilisés avec un enthousiasme renouvelé à la porte des boites, dans la rue.

Mais rien n’est perdu ! Prenons au mot Jean Luc Mélenchon et le Front de Gauche oeuvrons pour un été et un automne chaud, très chaud.

Le candidat du front de Gauche propose  de réunir une assemblée constituante, et bien commençons tout de suite en lançant des comités de base pour discuter de la constitution, du pouvoir, de la démocratie politique, judiciaire, économique, dans les entreprises que nous voulons, à partir de nos luttes, de nos revendications

Contre la mort programmée par ces riches qui dirigent encore nos destinées (Grèce, Portugal, Espagne …. et bientôt France) décrétons selon la belle formule de Maurice Clavel « L’insurrection de la vie ».

Je voudrais, ajouter une toute petite remarque : Mitterrand, pour contrer la droite et se maintenir au pouvoir, après avoir trahi les espoirs qu’avait fait naître la victoire de la gauche en 81, a favorisé l’émergence du parti du sinistre Le Pen. Les médias ont très largement contribué au succès d’Arlette la candidate de LO qui était devenue la coqueluche des émissions radio télé et l’exutoire pour les mécontents. Puis ce fut le tour du « facteur » Besancenot. LO et NPA sont aujourd’hui tombés bien bas. Il est clair que les médias, toujours au service du pouvoir, favorisent la candidature de Mélanchon. Sachons déjouer le piège en changeant de terrain ! Du terrain électoral imposons que l’action se place sur notre terrain, celui des luttes de classes contre le patronat et la classe politique de droite et de gauche à sa solde.

Jacques Lacaze. 2 avril 2012.

Repost 0
Published by Jacques Lacaze - dans Idées Débats
commenter cet article
18 mars 2012 7 18 /03 /mars /2012 15:37

Pour les nuls

Repost 0
Published by Jacques Lacaze
commenter cet article
11 mars 2012 7 11 /03 /mars /2012 18:25

Armée Américaine : les suicides

ont augmenté de 80%

depuis l’entrée en guerre contre l’Irak

 

(Article publié le: 09 mars 2012 dans le site : Docbuz, « l’autre information santé »)

 

 

Les suicides parmi les militaires actifs de l’armée américaine sont en augmentation depuis 2004, dépassant même le taux de suicides des civils américains en 2008. Des médecins du Public Health Command de l’armée analysé les causes et le nombre des suicides au sein de l’armée américaine sur une période de 2 ans.

 

L’étude démontre que le taux de suicides a cru de 80% depuis le déclenchement des opérations en Irak, atteignant le taux le plus élevé depuis 30 ans.

 

Sur la période analysée de 2 années, le taux de suicides était de 20 soldats/100 000 (12/100 000 dans la population américaine); au total, 225 soldats se sont donné la mort sur cette période. Avoir un grade peu élevé , être un homme, et présenter des troubles de la santé mentale (troubles de l’humeur, anxiété, stress post-traumatique, personnalité psychotique, trouble de la personnalité lié à l’usage de drogues) ressortent comme des facteurs associés à un multiplication par 4 à 5 du risque de suicide. La dépression multipliait ce risque par 11. 69% des soldats qui se sont suicidé au cours de cette période avaient connu des combats en Irak. Ces hommes et femmes étaient jeunes, âgés de 18 à 24 ans.

 

Cette étude confirme une augmentation du risque de suicide chez des hommes jeunes présentant des troubles psychologiques souvent en relation avec un stress des combats. On estime que 25% des jeunes recrues prenant part à des combats souffriront de stress des combats.

 

Les programmes de prévention du suicide au sein de l’armée américaines vont devoir être renforcés ont reconnu des responsables. La prise en charge thérapeutique des troubles mentaux et de l’usage de drogues doit être une priorité dans cette approche concluent les auteurs.

 

Source : Mental health risk factors for suicides in the US Army, 2007–8

Kathleen E Bachynski1, Michelle Canham-Chervak1, Sandra A Black2, Esther O Dada1,Amy M Millikan2, Bruce H Jones

Inj Prev doi:10.1136/injuryprev-2011-040112

 

 

Les soldats étatsuniens de retour d'Irak, d'Afghanistan, et d'autres zone de combat situées à des milliers de kilomètre des USA, rejoignent les "vétérans" du Vietnam et des guerres étatsunienes, dans la marginalisation, la déchéance, la folie,l'exclusion.

J'ai en exerçant dans un hôpital psychiatrique il y aura bientôt 40 ans, constaté que de nombreux anciens appelés pour faire la guerre en  Algérie étaient hospitalisés depuis des années. Parfois, l'un d'eux parlait de ce qu'il avait connu du gâchis de sa vie ..... Jacques Lacaze

Repost 0
Published by Jacques Lacaze
commenter cet article
9 mars 2012 5 09 /03 /mars /2012 17:56

ON MENT SUR LES GRECS

AUJOURD'HUI,

ON MENTIRA SUR VOUS

DEMAIN ......

 

Par le journaliste indépendant - non lié ni aux pouvoirs ni aux puissances d'argent - Michel Collon - 8 mars 2012

Voir son site inverstig'action

 

 

Les médias nous mentent sur les Grecs. Comment ? En recopiant sans aucune analyse critique ce cliché de Merkel et Sarkozy :

« Les Grecs ont vécu au-dessus de leurs moyens ».

Double manipulation:

1. « Les » Grecs, ça n’existe pas.

2. Les donneurs de leçons sont en réalité les coupables.

 

Manipulation n° 1. Parler des Grecs en général comme si c’était une seule catégorie, une seule classe. En cachant les faits suivants :

1. Les armateurs grecs, multimilliardaires contrôlant 16% de la flotte mondiale, ne paient jamais aucun impôt et l’U.E. n’y touche pas.

2. L’Eglise orthodoxe, principale propriétaire de terres et de richesses touristiques du pays, a également échappé aux impôts. L’U.E. n’en dit rien.

3. Selon le commissaire UE Bolkestein, « une grande partie de la population grecque est paresseuse ». De même, selon Merkel, les Grecs prendraient trop de vacances et partiraient trop tôt à la pension (déclaré à Meschede, le 17 mai 2011). Ouh, la menteuse !

- Les Grecs ont sept jours de vacances de moins que les Allemands.

- ils arrêtent de travailler en moyenne à 61,9 ans, soit un mois plus tard qu’en Allemagne. Conclusion : « Les Grecs » se divisent en deux "catégories" très inégales.

Les Grecs comme vous et moi. L’UE veut leur imposer des salaires de 650 - 800 euros par mois, des pensions de 450 € et des hausses de taxes.

Tout profit pour l’autre sorte de Grecs, les 1%, qui gagneront encore plus de milliards, et les planqueront à Londres, à Berlin ou dans les paradis fiscaux (Suisse etc ).

 

Manipulation  n° 2. Merkel et Sarko se présentent en généreux humanitaires soucieux de sauver les Grecs. C’est le coup du pompier pyromane.

- Qui a, en été 2009, au plus fort de la crise, forcé le gouvernement grec à débourser 2,5 milliards € pour six frégates françaises ? Sarkozy.

- Qui leur a fourgué six sous-marins pour 5 milliards € ? Merkel.

- Ajoutez 400 millions pour quinze hélicoptères de combat du franco-allemand EADS, et vous arrivez à 7,9 milliards € gaspillés !

Alors que la Grèce occupe déjà la cinquième place au palmarès mondial des plus grands acheteurs d’armes conventionnelles. Merci l’Otan !

On parle de la « corruption grecque ». Fort bien. Que va faire l’UE contre Siemens qui a distribué des pots-de-vin à tour de bras pour acquérir une position de monopole aux Jeux olympiques d’Athènes de 2004 ?

Autre silence complice. Qui a truqué les comptes de la Grèce pendant dix ans afin qu’elle puisse entrer dans l’euro ? Les banquiers de Goldman Sachs. Qui vient-on de placer à la tête de la Banque Centrale Européenne ? Mario Draghi, vice-président de Goldman Sachs durant ces manipulations comptables !

 

Comme dans tout grand conflit, la question clé est : à qui profite le crime ?

Le « plan de sauvetage » de la Grèce vise en réalité des objectifs cachés

1. Les Grecs d’en bas se serreront la ceinture pour rembourser aux banques franco-allemandes une dette qui n’a profité qu’aux Grecs d’en haut.

2. On va privatiser au maximum pour obliger la Grèce à céder les morceaux intéressants de son économie : eau, gaz, télécoms, port, aéroports, Loterie nationale, armements…

3. Nous contribuables des différents pays européens, allons payer « un plan de sauvetage » afin que les banquiers ne perdent pas un sou sur leurs prêts frauduleux et malhonnêtes.

 

En quoi ça vous concerne ? C’est très simple. Si on réussit (mais il y a là-bas une fameuse résistance), si on réussit à faire travailler les Grecs pour des cacahuètes, on viendra vous dire : « Tu veux garder un boulot, ? Il va falloir être compétitif face aux Grecs ! » Pigé ?

 

Voilà ce que j’ai appris – et d’autres choses encore – en découvrant cette semaine l’excellent « Comment osent-ils ? », de Peter Mertens. Sous-titre : La crise, l’euro et le grand hold-up. Ce livre est depuis plusieurs semaines numéro un des ventes en Flandre, et voici que sort la traduction française. Investig’Action publie en exclusivité le chapitre Grèce d’où j’ai tiré ces infos surprenantes. Les autres chapitres analysent le pseudo « miracle allemand », le programme de Sarkozy, le retour du nationalisme, les problèmes de la Belgique et la nécessité de développer les débats de société. Un livre passionnant, que je trouve indispensable pour quiconque va subir la crise… L’économie, ça n’est pas compliqué en fait, et c’est trop important pour la laisser aux mains des soi-disant « spécialistes » qui ont fait faillite.

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Jacques Lacaze - dans Idées Débats
commenter cet article
9 mars 2012 5 09 /03 /mars /2012 09:23

Le quotidien "Le monde", journal de référence parait-il, publie sur son blog daté du 9 mars l'article ci dessous et titré:

"HEUREUX DENOUEMENT

DE LA TRAGEDIE GRECQUE" 

 

Lisez plutot:

"La Grèce a remporté son pari pour la restructuration de sa dette avec un taux d'acceptation de ses créanciers privés suffisamment élevé pour l'opération d'échange d'obligations souveraines qui doit effacer 100 milliards (mds) d'€. Pour les titres de droit grec, soit 177 mds des 206 mds d'€ concernés, la participation atteint 85,8 %. Elle est de 83,5 % d'acceptation pour l'ensemble des créanciers privés, a annoncé ce matin Athènes, après l'expiration, hier à 21 heures, du délai donné aux créanciers pour se prononcer. En cas de refus d'une majorité de ceux-ci, le pays risquait une faillite incontrôlée le 20 mars, à l'échéance de remboursements de 14,4 mds d'€. Une restructuration réussie ouvre la voie au déblocage de prêts de 130 mds prévus par la zone euro fin octobre. Ces deux volets, désendettement et renflouement, composent le 2e plan de sauvetage du pays élaboré par ses partenaires internationaux, après une première aide de 110 mds accordée en 2010. Les marchés ont salué la perspective d'une sortie grecque du tunnel avec de fortes hausses à Paris, Londres, Francfort ainsi qu'à Wall Street. L'Asie est en hausse ce matin. A Bruxelles, une réunion sous forme de conférence téléphonique des ministres des finances de la zone euro doit se tenir, à partir de 14 heures, pour faire le point sur l'opération de restructuration de la dette grecque et décider, en fonction du résultat, s'ils donnent leur feu vert définitif au plan d'aide".

 

Il ne faut pas confondre le gouvernement grèc actuel, mis en place sous l'injonction de Merckel  de la Banque centrale européenne, du FMI et de l'Union Européenne. Ces bras armés  du grand capital ont fait de la Grèce un pays où ont meurt de faim, ou on ne se soigne plus, ou les suicides se multiplient..... La "troïka" impose la tiers mondisation de la Grèce. Les plans de rigueur se succèdent à un rythme accéléré et il ne sont jamais suffisant. Les fameux "créanciers sont en fait - qu'ils soient Grec ou autres une minorité d'hyper riches qui se sont engraissé sur le dos de ce peuple et qui en demandent toujours plus. En annulant une parti de la soit disante dette, ils ne font que rendre au gouvernement grèc une infime partie de ce qu'ils ont volé au peuple grec. Rappelons - important dans la situation qui est la notre en France, que ce pouvoir illégitime est composé de "socialistes" associés à la droite et à l'extrême droite.

N'oublions pas que tout a commencé en Grèce avec le blocage des pensions de retraite et des salaires, puis leur diminution actuellement de moitié, voire dun tiers.

 

Mais bravo pour l'humour du quotidien Le Monde: un bon peuple est selon "le quotidien de référence" un peuple au bord  de la disparition, comme le di Mikis Teodorakis .

 

akropoli-11febr12

Repost 0
Published by Jacques Lacaze - dans Actualité
commenter cet article
27 février 2012 1 27 /02 /février /2012 11:44

http://www.interet-general.info/IMG/US-Prison-Dortoir-2.jpg

Bernard gensane publie ce coup de coeur sous le titre:

 

CIVILISATIONS: GUEANT A RAISON!

 

Aux Etats-Unis, un enfant de neuf ans prend le pistolet de sa mère pour le montrer à ses camarades d’école. Un coup part et blesse grièvement une petite fille. Le gamin est jeté en prison, affublé de la tenue orange hideuse bien connue, et comparaît devant une magistrate.

 

En professionnelle, sans haine, celle-ci demande à l’enfant s’il fait la différence entre le bien et le mal (comme Bush et Cheney lors de leurs croisades meurtrières, j’imagine). Le petit répond par l’affirmative. Il risque la prison à perpétuité, « sans possibilité de libération conditionnelle ». Supprimée pour les mineurs en 2005, la peine de mort a été remplacée par la prison à perpétuité sans aucune possibilité de sortie.

 

Dans la civilisation anglo-saxonne, la tradition est de juger les enfants comme s’ils étaient des adultes. Au XVIIIe siècle, on a pendu des enfants outre-Manche pour avoir volé des mouchoirs en soie. On a bien vu en France que, depuis cinq ans, la bourgeoisie au pouvoir est sur cette pente naturelle et culturelle. Pour la marche en avant des civilisations supérieures !

 

PS : 100000 enfants sont aujourd'hui en prison dans le monde.


Bernard Gensane. Voir son très intéressantblog: http://bernard-gensane.over-blog.com/

 


Repost 0
Published by Jacques Lacaze - dans Liberté j'écris ton nom
commenter cet article
16 février 2012 4 16 /02 /février /2012 08:38

Manolis-glezos

 

Manolis Glezos avait 19 ans lorsque dans la nuit du 30 mai 1941, il a descendu le drapeau nazi qui flottait depuis trois jours sur l'Acropole.

 

 

 

Dans la rue, on le salue, avec un profond respect et un grand sourire. On vient spontanément à lui, lui serrer la main, le remercier d'être encore à 89 ans, celui qui donne du courage: "Manoli tu nous guides; on est tous avec toi". Manolis Glezos sourit, remercie les gens d'être là "au combat comme il se doit", mais en aparté il regrette sans aucune fausse modestie, d'être encore celui dont les grecs ont besoin pour réagir.  

 


"Les grecs doivent avoir confiance en eux même, il faut qu'ils croient en eux, pas en moi". Manolis Glezos est la légende vivante du pays. Le 13e dieu de l'Olympe. Il avait 19 ans lorsque dans la nuit du 30 mai 1941, il a décidé, avec son pote Apostolos Santas, de descendre le drapeau nazi qui flottait depuis trois jours sur l'Acropole. A l'époque son geste a donné du courage à tous les pays qui résistaient.  

 


Aujourd'hui Manolis Glezos qui été torturé, emprisonné plusieurs fois et condamné à mort, reprend du service "pour résister contre ceux qui veulent faire de la Grèce un protectorat". Avec sa modestie qui force le respect, sa crinière blanche et ses yeux d'un bleu intense, il a l'air d'un sage, mais il peut hausser le ton très vite, ou partir dans un rire franc qui surprend.  


Avec l'autre idole historique des Grecs, le compositeur Mikis Theodorakis grand résistant contre la dictature des colonels, comme lui et ancien député comme lui, il a fondé le mouvement ELADA dont l'acronyme veut dire Grèce, "pour appeler les grecs à résister contre les mesures du mémorandum qui sont des mesures qui font vivre à la Grèce le pire moment de son histoire. On veut faire de nous un protectorat! Ca ne passera pas!, tonne-t il."  

 


Dimanche les deux hommes ont voulu entrer au Parlement pour parler aux députés "et leur dire que ce qu'ils s'apprêtent à voter est contraire à la Constitution et à la démocratie dans son essence". Les forces anti-émeutes les ont gazés; cela a même été le point de départ des affrontements. "La Démocratie signifie que le peuple se prononce sur les lois qui sont votées en son nom. Là, le mémorandum n'a pas éte soumis au peuple grec. Il y a donc une indiscutable violation non seulement de la constitution mais aussi de cette démocratie que nous nous prévalons d'avoir inventé!", dit il.  


 

Repost 0
Published by Jacques Lacaze - dans Liberté j'écris ton nom
commenter cet article
16 février 2012 4 16 /02 /février /2012 07:53

"VACCIN CONTRE LE CANCER DU COL DE L'UTERUS": CERTAINS PROFESSEURS AU SERVICE DE L'INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE, PERSISTENT ET SIGNENT! 

AU BOUT DE COMBIEN DE DECES DE JEUNES FEMMES ARRETERONT-ILS LEUR DELIRE TRES INTERESSE?

IL EST URGENT D'EXIGER DE NATIONALISER ET DE METTRE SOUS CONTROLE CITOYEN STRICT CETTE  INDUSTRIE.

IL FAUT, TOUT DE SUITE CREER UN CORPS D'EXPERTS TOTALEMENT INDEPENDANTs DE CETTE INDUSTRIE.

INTERPELLONS LES CANDIDATS!

 

 

PUBLIE PAR LE MEDIA MEDICAL DOCBUZ

 

     Le 09 février 2012, le journal le Figaro a publié un article intitulé “Peut-on mieux prévenir le cancer du col de l’utérus” , article signé par le Pr Jean-Jacques Baldauf,  qui dirige le service de Gynécologie-Obstétrique de l’Hôpital de Hautepierre à Strasbourg.

     Certaines questions ne manquent pas de se poser à la lecture de cette article. Tout d’abord, le lecteur, en ces temps troublés, aurait surement été intéressé par la déclarations publique de conflits d’intérêt du Pr Baldauf. Cette déclaration remplie par le Pr Baldauf stipule qu’il est investigateur principal d’une étude financée par Sanofi-Pasteur sur le Gardasil depuis 2008, étude qui s’achèvera, d’après sa déclaration en 2018, et qu’il a eu des activités de conseil auprès de la firme GSK, fabriquant du Cervarix, en 2009. Il note par ailleurs dans cette déclaration de conflit d’intérêt qu’il a participé en tant qu’intervenant au cours de congrès financés par Sanofi-Pasteur/MSD, GSK et Grünenthal.

     Cela ne remet aucunement en cause la crédibilité scientifique du Pr Baldauf, les experts devant être sûrement des cliniciens proches des patients et des laboratoires pharmaceutiques, mais cette information aurait du être relayée dans l’article afin que le lecteur sache qui lui adressait ces conseils. On ne pourrait imaginer aujourd’hui, par exemple dans un journal américain sérieux, tel que le New York Times par exemple, un tel article sans une déclarations de conflits publiques d’intérêt, mais certainement que le Figaro n’a rien de comparable avec le New York Times.

     Par ailleurs plusieurs affirmations présentes dans l’articles méritent réflexion. L’article prétend par exemple qu ”il existe une vaccination prophylactique qui prévient efficacement l’infection à papillomavirus (HPV) et ses conséquences et évite ainsi 70% de ces cancers.”

     Il existe donc deux vaccins disponibles, le Cervarix qui pourrait offrir, dans des conditions optimales, une protection contre deux types de virus HPV, HPV-16 et HPV-18, et le Gardasil, contre quatre types de virus HPV, HPV-16, HPV-18, HPV-6 et HPV-11. Les deux virus HPV-16 et HPV-18 sont des facteurs de risque reconnus de cancer du col utérin. HPV-6 et HPV-11 sont des facteurs de risque des  condylomes génitaux.

A ce jour, les études scientifiques ont démontré que ces vaccins étaient capables de réduire le risque de contamination par les virus HPV qu’ils ciblaient. Toutefois, l’article omet de mentionner que cette protection est loin d’atteindre 100% des personnes vaccinées. La Ligue contre le Cancer stipule bien sur son site internet “Si ces vaccins diminuent les risques de contamination, leur protection n’est pas absolue et ne dispense donc pas d’une surveillance gynécologique régulière”.

     Par ailleurs, affirmer que se faire vacciner “évite 70% de ces cancers”, ce qui serait un résultat formidable, est aujourd’hui non prouvé scientifiquement. Cette assertion est fausse. Ce que retrouvent les études épidémiologiques, c’est que les virus HPV 16 et 18 pourraient être impliqués dans la survenue de 70% des cancers (au sein de certaines populations), pas qu’ils les préviennent, le raccourci est un peu rapide. A ce jour, nous attendons toujours une étude qui prouvera que des jeunes filles vaccinées à 14 ans et négatives pour les virus HPV 18 et HPV 16 au moment de leur vaccination, ont effectivement eu moins de cancer du col que des jeunes filles non vaccinées à 14 ans. Si l’hypothèse est intéressante, elle ne reste à ce jour qu’une hypothèse. De plus, personne ne peut affirmer aujourd’hui qu’une vaccination réalisée à 14 ans contre le HPV sera encore efficace après 20 ans. En effet, la durée d’effet des vaccins peut s’altérer avec le temps et à ce jour, l’effet d’une prévention d’une dysplasie cervicale n’a été rapportée que sur une durée de 4 ans pour le Gardasil et 6 ans pour le Cervarix. Or la majorité des cancers interviendront bien plus tard dans la vie des femmes. Les lectrices auraient pu apprécier cette information.

     Il aurait été également pertinent de rassurer les lectrices de cet article en leur expliquant que ce n’est pas parce que l’on est contaminé par un HPV 16 ou un HPV 18 que l’on déclarera un cancer du col de l’utérus. Seulement une minorité de femmes souffriront heureusement d’un cancer du col.

     L’article affirme par la suite,  que “Le vaccin en complément du dépistage prévient les cancers induits par HPV au niveau des autres organes (vagin, vulve, anus…) et réduit la pathologie précancéreuse cervicale et la morbidité liée à son traitement”.  Pourtant, à ce jour en France, ces pathologies sont absolument en dehors du cadre de l’autorisation de mise sur le marché des vaccins Cervarix et Gardasil. Certes, quelques études existent, menées au sein de populations ciblées très à risque, mais rien qui puisse permettre de prétendre que ces vaccins préviennent “les cancers de la vulve, de l’anus ou du vagin”.

     A l’heure ou beaucoup doutent de l’intérêt des vaccins, quels qu’en soit les indications,  il est dommage de ne pas offrir au public adulte et capable de se forger une opinion, les véritables données scientifiques dont nous disposons, afin que librement, il décide oui ou non, en toute connaissance de cause de l’intérêt de se vacciner ou de vacciner ses enfants.

     A ce jour, le dépistage régulier des femmes est la meilleure recommandation sur laquelle il est nécessaire d’insister.

Repost 0
Published by Jacques Lacaze - dans Vaccins
commenter cet article
12 février 2012 7 12 /02 /février /2012 12:37
Le patron du lobby bancaire grec Charles Dallara dans une voiture à Athènes le 26 janvier 2012

Le patron du lobby bancaire grec Charles Dallara dans une voiture à Athènes le 26 janvier 2012 afp.com

LE BANQUIER, CHARLES DALLARA, QUI A EN CHARGE DE RECUPERER L'ARGENT DES CREANCIERS PRIVES, SUR LE DOS DES TRVAILLEURS GRECS, EST UN HOMME PARFAITEMENT DESINTERESSE, OBJECTIF, ET CREDIBLE! 

Ce qui lui permet de déclarer:  "Si le plan de rigueur n'est pas voté dimanche soir, la Grèce risque réellement la faillite..."

 

     «Je veux encourager les députés à voter» ce plan, qui sera soumis au vote des députés dimanche peu après minuit, a affirmé au journal libéral Charles Dallara, à la tête de l'Institut de la finance internationale (IIF) qui représente les créanciers privés de la Grèce".

     "Les députés grecs «doivent comprendre ce qui est en jeu et reconnaître qu'au delà de la rigueur (...) il y a des profits nombreux et tangibles pour la Grèce et le peuple grec», a-t-il ajouté. «Si les citoyens grecs peuvent faire preuve d'encore un peu de patience et de persévérance», l'adoption de cette nouvelle feuille de route de rigueur va «changer subitement le climat» et concourir à la relance", a-t-il insisté.


     Il semblerait que le peuple Gréc entend ces promesses depuis des années et n'y soit pas très sensible. Il semblerait même qu'il soit à bout de patience... Comme les peuples Italiens, Espagnol, Portugais et bientôt français, Allemand..... Enfin bref, tous les peuples d'Europe.

 

     Divisant la classe politique, même si le gouvernement de coalition socialiste-conservateur dispose en principe d'une confortable majorité au parlement, le nouveau programme de dérégulation et rigueur doit être soumis dimanche après minuit au vote des députés.  Il faut dire que les ministres imposés par l'Allemagne de Merckel quittent le navire les uns après les autres. Rappelons qu'au nom de la démocratie; la même Marckel, Sarkozy le petit se sont opposé au référendum proposé par le gouvernement Grèc.

 

     L'adoption du projet de loi, contre laquelle les syndicats et la gauche ont appelé à manifester devant le parlement dans la soirée, a été posée comme préalable par l'UE et le FMI pour débloquer le plan de renflouement et désendettement du pays mis sur pied par la zone euro fin octobre.


          La solution est simplissime, comme les bolchéviks de 1917, le peuple Gréc doit refuser de payer des dettes qu'il n'a pas contracté, envoyer promener, la troïka (FMI, UE, BCE), le Charles Dallara et tous ces politiciens de droite et de gauche et s'empater du pouvoir.

jacques-lacaze.com

Repost 0
Published by Jacques Lacaze - dans Actualité
commenter cet article