Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 mars 2011 3 16 /03 /mars /2011 09:17

LA PETITION SUR LES PLANTES A USAGE MEDICINAL

EST INFONDEE

Sur la base d'une information que m'a envoyé un correspondant que je considére comme fiable, j'ai publié l'information: voir en fin d'article. La pétition annexée semble avoir connu un très grand écho. Il faut se féliciter du fait que beaucoup de personnes sont réellement attachées aux méthodes thérapeutiques issues des connaissances ancestrales comme la phytothérapie, et se méfient de l'utilisation massive des molécules dont la non toxicité est très loin d'être la caractéristique principale.

De nombreuses personnes contestent la pertinence de cette pétition et j'ai reçu de très nombreux courriels sur le sujet.


Je publie ci dessous la mise au point de:

M° Isabelle Robard, avocate spécialisée dans le droit de la santé, docteur en droit et co-auteur du livre  "Santé, mensonges et propagande" 

Jacques Lacaze

 

M° Isabelle Robard :  La pétition qui circule sur internetau sujet des plantes à usage traditionnel est inspirée par une réglementation prise au niveau européen : la directive 2004-24 CE du 31 mars 2004. Elle est signée d’une certaine Heidi Stevenson et consiste à dire en substance : « Toutes les plantes à usage traditionnel vont être interdites en avril 2011 et elles ne pourront plus être vendues dans les compléments alimentaires… On va exiger des autorisations de mise sur le marché pour ces produits qui vont entraîner des conséquences en cascade pour tous les fabricants et les distributeurs. » Il s’agit d’une rumeur infondée.

Cette directive plantes à usage traditionnel fait partie d'un corpus qui date de 1965. Cette année là l'Europe communautaire prend une directive sur les médicaments. Elle va produire une définition du médicament qui va ensuite évoluer. Il va y avoir en novembre 2001 abrogation de cette directive et création d'un code communautaire du médicament qui a donc fixé comme tout le monde le connaît, une réglementation qui dit pour que pour être être mis sur le marché, un médicament, ou plus précisément une spécialité pharmaceutique, doit être dotée d'une autorisation de mise sur le marché (AMM) avec 4 phases d'essais. Comme on s'est rendu compte que c'était un peu sévère, un peu complexe et inaccessible pour certaines catégories de produits, on a commencé en 1992 à faire une brèche dans le système pour les médicaments homéopathiques qui n'avaient pas de statut juridique du tout et qui sont devenus des médicaments à part entière mais avec un système simplifié d'enregistrement qui leur évite d'avoir à prouver certaines choses, à fournir certains éléments au niveau du dossier. Puis on s'est rendu compte qu'entre l'aliment brut et le médicament, il y avait d'autres catégories de produits. En 2002 on voit surgir la directive sur les compléments alimentaires, puis un peu après le règlement sur les aliments enrichis. Et le 31 mars 2004 on a une directive, celle évoquée par Heidi Stevenson, sur les plantes à usage traditionnel, qui vont bientôt toutes entrer dans le giron du système classique d'autorisation de mise sur le marché. Donc le système européen est venu mettre en place un système allégé d'autorisation de mise sur le marché fondé sur des données essentiellement bibliographiques, dispensant les opérateurs d'essais cliniques. Cette AMM simplifiée permet à des acteurs économiques de toute l'Europe de faire des enregistrements simplifiés sous l'angle du médicament. Les opérateurs économiques qui vont revendiquer un certain nombre d'allégations thérapeutiques autour de la plante vont pouvoir accéder à ce statut d'AMM allégée.

Lorsque cette directive sur les produits à base de plantes qui revendiquent des usages thérapeutiques a été prise en mars 2044, une période de 7 ans a été laissée aux opérateurs économiques pour pouvoir « régulariser » sous l'angle de ce nouveau texte leur situation juridique en accédant à ce système d'enregistrement simplifié au niveau européen. On a quand même laissé 7 ans aux opérateurs qui tout d'un coup ont l'air de découvrir cette directive de 2004 !

Le Directeur Général Santé et Politique des Consommateurs, au nom de la commission de Bruxelles, a précisé en décembre 2010 que « la directive autorise l'enregistrement des médicaments traditionnels à base de plantes dont la phytothérapie chinoise, ayurvédique ou de toute autre tradition sans exiger les renseignements et les documents sur les essais de sécurité d'efficacité que le demandeur est tenu de fournir en vertu de la procédure d'autorisation de mise sur le marché. En revanche le demandeur doit prouver à suffisance l'usage médical au moins trentenaire (30ans) du produit dont au moins 15 dans l'union européenne. » Or il y a quantité de plantes ayurvédiques ou chinoises qui sont rentrées il y a plus de 15 ans sur le territoire de l'union européenne. Donc cette directive ne fait que simplifier les choses en permettant l'accès simplifié à des enregistrements comme médicaments et il est inexact de dire qu’elle menace l’accès aux plantes à usage traditionnel.

 

___________________________________________________________________________________________________

 

L'INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE  ET L'EUROPE SE PREPARENT A INTERDIRE

DE FAIT LA QUASI TOTALITE DES PLANTES MEDICINALES.

REAGISSONS VITE !

Voir le site et la video en cliquant sur:  link 

Signons massivement la pétition, faisons circuler l'information !

___________________________________________________________________________

Partager cet article

Repost 0
Published by Jacques Lacaze - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

Chantal 22/08/2011 17:45


Bonjour Monsieur Lacaze,

Ce n'est pas facile à expliquer, mais j'ai compris qu'il fallait que je remonte au choc de mon enfance pour expliquer mes comportements actuels >> dépendance : dépendance au travail, perte du
travail >> dépendance à l'alcool, sortie de l'alcool >> dépendance au neuroleptique, dépendance au tabac, dépendance au internet.

Mes symptômes à l'arrêt de l'Agréal :
http://www.dailymotion.com/relevance/search/AGREAL/video/x8kxip_agreal-de-sanofi_news

J'ai été la seule parmi toutes les personnes avec qui j'étais en relation, à avoir eu ces symptômes, surtout aussi prononcés >>> symptômes identiques à ceux que j'avais avant d'entrer à
l'hôpital pour arrêter l'alcool.

Beaucoup de femmes ont eu une dépression très importante avec TS : toutes avaient eu un problème dans l'enfance ; elles avaient également au moins une dépendance : alimentaire, jeu, tabac,
etc...
Aucune n'avait pardonné, elles vivaient au jour le jour avec ce conflit, parfois se repliaient sur elle-même, parfois elles explosaient (les extrêmes);
J'ai eu un gros conflit dans mon enfance :je n'étais pas souvent à la maison car j'avais la tuberculose, et j'avais le souvenir d'un père aimant, travaillant. Le conflit entre les parents a créé un
choc chez l'enfant et j'en suis arrivée à maudire ma mère et à ne conserver que l'image de mon père. Lorsque ma mère est tombée malade (cancer du pancréas), j'ai tout oublié, je me suis rapprochée,
et c'est moi qui l'ai aidé à partir en parlant alors qu'elle était au seuil de la mort >>> j'avais pardonné ; je me sens donc plus solide pour avancer, mais le choc est toujours là, d'où
les dépendances : besoin de se raccrocher à quelque chose.

C'est un peu comme une tache : selon le support elle partira mieux et selon le produit avec laquelle on la traite, elle partira un peu, beaucoup, totalement je n'en suis pas certaine ; disons que
la tache est là, mais que nous ne la voyons plus. Pour faire partir une tache, il faut en connaitre l'origine : terre, tomate, café, vin, matière grasse....pour chaque tache il y a un produit ou
une dilution de produit ; mais si l'on ne connait pas l'origine de la tache on ne peut pas la traiter correctement.

Oui la prévention est importante. Prévenir c'est avant, on ne passe pas par la "case" maladie, il n'y a rien donc à guérir.
Il faut donc à nouveau passer par un choc pour que les gens comprennent qu'il faut être prudent avec les médicaments, car après tout c'est nous consommateurs qui donnons aux industries leur pouvoir
en consommant. Mais là, même le choc n'est parfois pas suffisant, certaines femmes qui ont pris Agréal, sont passées à d'autres drogues, certaines ont même pris du Médiator.

Mais si je balaie devant ma porte, ce n'est pas mieux ; la médecine m'a déjà dit 3 fois d'arrêter de fumer et je fume toujours alors que j'ai eu un anévrisme cérébral et que j'ai les artères
fémorales qui sont en train de se boucher.
Bref c'est un cercle sans fin et j'en déduis qu'il y a quelque chose qui touche ce conflit et que je n'ai pas encore réglé. Peut-être avec ma demi-soeur qui fait aussi partie de ce conflit. C'est
comme un puzzle auquel il manque une pièce >> solution.

Je suis bien d'accord que les industries pharmaceutiques doivent prendre un peu de retrait pour laisser la place aux médecines alternatives, encore faut-il qu'elles en soient conscientes. Il faut
les pousser un peu peut-être.

En fait, on est tous coupable, mais comme nous n'avons pas toutes les clés, nous sommes aussi innocents.
Je ne mets pas tous les torts sur l'industrie, j'estime que j'ai ma part de tort : je me suis plainte, et l'on ne m'a pas forcée à avaler Agréal.

J'espère que vous avez compris.


Chantal 22/08/2011 15:50


Bonjour,
Raconter mon histoire prendrait trop de temps, je préfère en venir au fait. Je n'ai pas signé cette pétition, car il ne faut pas tomber dans les extrêmes "tout est bon/tout est mauvais". Il y a
juste "complémentarité" c'est à dire que nous avons besoin des deux, à petites doses, et en fonction du problème. Certaines plantes seront communes à tout le monde, d'autres à certaines personnes,
et d'autres à droite.
C'est pour cela qu'il doit y avoir une recherche sur ces plantes afin de savoir à qui elles peuvent s'adresser et cela ne peut se faire en un jour. Le monde avance et l'homme avec, cela a toujours
fonctionné comme ça, avec des embuches, des erreurs qui sont, je pense, nécessaires pour accéder à la réalité, la vérité.
http://www.infovaccin.fr/plantes_medicinales.html

http://www.syndicat-simples.org/actualites/les-plantes-medicinales-bientot-interdites-dans-lue-propagande-desinformation-enjeux-de-pouvoirs-autour-de-herboristerie-en-europe

http://www.syndicat-simples.org/actualites/petition-defensemedecinenaturelleeu-propagande-desinformationet-recuperation#more-129

http://www.syndicat-simples.org/actualites/reponse-michele-rivasi-a-la-video-et-la-petition-du-collectif-medecine-naturelle

Vous serez surpris en écoutant cette vidéo :
http://vimeo.com/21304700

Comme on le dit "il faut laisser le temps au temps" ou "qui va loin, ménage sa monture."

Mais il est dur de ne pas tomber dans l'extrême, il y a eu un extrême des médicaments, nous arrivons dans un extrême du tout et du rien, nous devons quitter ces extrêmes, trier, et reconnaitre ce
qui est bon et ce qui est mauvais.

Et, c'est pour tout pareil, trouver le point (milieu) qui ne provoque pas un choc trop violent. Le monde s'est construit d'après un choc, nous avançons par chocs et sans choc il nous faut retrouver
un choc. Voilà où j'en suis de mes analyses, analyses ayant "débuté" par une mise sous neuroleptique caché, Agréal, qui m'a permis de constater que certaines personnes avaient reçu un choc à
l'origine (enfance) et que toutes ces personnes déclaraient le même effet secondaire >>> dépression grave. J'ai fait l'analyse sur moi-même, la seule différence "j'avais pardonné", pas
elles.

Là où je ne suis pas d'accord avec le Dr Gernez, c'est quand il dit qu'il est inutile de retourner en arrière pour trouver la cause ; qu'à t'il fait ? Il a lu tous les livres sur la médecine. Ces
livres étaient antérieurs (passé), il a analysé (présent), il faut mettre en place (futur).

Amicalement,
Chantal.


Jacques Lacaze 22/08/2011 16:22



Bonjour.


Je partage votre point de vue sur la nécessité de ne pas tomber en religion en matière de soins.


Un problème est cependant que l'institution médico scientifique est  trés largement dominée par l'industrie des médicaments qui fait la pluie et le beau temps. Et ça, c'est inaceptable.
L'affaire du Médiator après bien d'autres et des milliers de morts est quand même là pour le prouver. L'exigence de libertté de choix est fondamentale. L'exigence d'évaluation est tout aussi
importante.


J'ai participé jadis à un groupe de travail, provoqué par le Président Mitterrand, et chargé de faire des propositons en matière d'évaluation des médecines alternatives. Les propositions ont été
faites, publiées à la Documentation française .... et aussitôt dans un tir de barrage incroyable jetées aux orties.


Que chacun puisse juger de ce qui est bon pour lui. Pourquoi interdire tabac et alcool, ou cannabis, ou encore aujourd'hui réduire les antibiotiques - hors mise en danger de la vie d'autrui, bien
sur - ? Quand les effets nocifs ont été bien expliqué, chacun prends sa responsabilité. J'ai exercé comme médecin généralistes plutôt orienté vers l'homéopathie et la phytothérapie. J'ai vu, en
garde,  des personnes affolées qui craignaient que je ne prescrive leur neuroleptique, ce que bien entendu je faisais et tentant quelques explications.Elles avaient le droit d'en consommer!


Je ne vois pas très bien ce que vous voulez dire quand vous écrivez: "là où je ne suis pas d'accord  avec le Docteur Gernez, c'est quand il dit qu'il est inutile de retourner en arrière
pour trouver la cause". Si face à une personne singulière, dans le cadre d'une consultatioin médicale il faut travailler avec cette personne pour l'aider au mieux, à  saisir les causes
- ou la cause - de son mal être, quel qu'en soit la gravité qui bien sur peut être de conséquences physique, je suis d'accord, il faut le faire.


Gernez propose la prévention généralisée des maladies dégénératives, à partir d'une puissante théorie qu'il a construite, et qui trouve de plus en plus confirmation. Mettre en place cette
prévention à l'echelle d'une population, ce qui s'appelle de la santé publique n'a pas besoin de définir les causes extrèmement nombreuses des maladies dégénbératives. C'est un point de vue 
tout à fait différent, qui n'est pas en contradiction avec la démarche singulière du médecin généraliste. Si on veut diminuner l'incidence de ces maladies il faut en premier lieu le point de vue
de santé publique, et la mise en pratqiue singulière qui est un autre débat.


Ce que je défends, c'est: commençons par évauler ces propositions faisons en, une priorité de santé publique si elles sont effectivement validées, puis les thérapeuthes  pourrons jouer leur
rôle singulier.


 



Jacques 18/03/2011 21:43


Cette pétition sur la défense des plantes médicinales estb très contestée. Voir en particulier celle de Francis Giot, président de Nature et Progrès, sur le lien:
http://www.bionaturo.fr/profiles/blog/show?id=2238554%3ABlogPost%3A81165&xgs=1&xg_source=msg_share_post
Jacques Lacaze


LADY MARIANNE 16/03/2011 22:55


bonsoir
suite à un mail de Annie je crois je passe signer la pétition
amitiés Lady Marianne